La France veut la peau du billet de 500 euros, tant aimé des Allemands

Bercy propose de réfléchir à la disparition de ces grosses coupures, estimant qu'elles sont surtout utilisées pour des transactions illicites.

Les billets de 500 euros sont pointés du doigt par le ministère de l\'Economie et des Finances français.
Les billets de 500 euros sont pointés du doigt par le ministère de l'Economie et des Finances français. (PATRICK PLEUL / DPA-ZENTRALBILD)

ECONOMIE – Les billets de 500 euros sont surtout utilisés dans le trafic illicite, alors  pourquoi ne pas les supprimer ? Telle est la question posée par le ministère de l'Economie et des Finances français, le 3 décembre, dans le cadre d’une réflexion pour lutter contre la fraude fiscale et le blanchiment au sein de l’Union Européenne. Pas sûr que les Allemands soient du même avis.

La  proposition est glissée à la fin d’une série de mesures proposées par Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac pour lutter contre la fraude en Europe. "Les ministres appellent à une réflexion européenne sur le maintien en circulation du  billet de 500 euros, dont l’utilisation est très répandue dans les trafics illicites", explique leur communiqué.

20 000 euros dans un paquet de cigarettes

Il est vrai que les trafiquants (drogue, armes, etc) affectionnent particulièrement les coupures de 500 euros, pratiques pour transporter beaucoup d'argent. Une somme de 20 000 euros en billets de 500 peut facilement se dissimuler dans un paquet de cigarettes,selon le journal espagnol El Paìs. C'est pour cette raison que les Etats-Unis ont abandonné depuis longtemps le billet de 1000 dollars.

Problème : cette proposition "promet de faire bondir Berlin", estime Le Figaro, dans son complément Economie du 4 décembre. Car les Allemands affectionnent particulièrement le billet de 500 euros. Il leur rappelle leur cher billet de 1000 marks. Le journal ajoute que les billets de 500 euros sont ceux dont la circulation a le plus augmenté depuis 2002. Reste à savoir à quelles fins.