Cet article date de plus de neuf ans.

La fermeture de Fessenheim pourrait coûter jusqu'à 8 milliards d'euros

Selon le "Journal du dimanche", l'Etat devra règler la facture de la fermeture à EDF. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'un des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), le 29 avril 2011.  (PATRICK HERTZOG / AFP)

Combien va coûter la fermeture de la centrale de Fessenheim (haut-Rhin), promise par François Hollande d'ici 2016 ? "Nous ne donnons pas de chiffres", a prévenu EDF. Mais dans son édition de dimanche 5 mai, le Journal du Dimanche a indiqué que l'opérateur électrique pourrait demander cinq milliards d'euros à l'Etat au titre d'une "indemnité pour fermeture anticipée du site".

D'autres sources dans l'entourage de l'électricien évoquent des sommes allant "jusqu'à 8 milliards d'euros, sans toutefois justifier une telle somme", poursuit l'hebdomadaire. 

Des investissements et un manque à gagner

Le bras de fer risque d'être disputé entre l'Etat et EDF qui devra continuer à investir sur le site, ne serait-ce que pour préserver sa sécurité. "L’exploitant de la centrale se trouve en effet face à la nécessité d’investir des sommes importantes dans une installation qui devrait fermer dans moins de 4 ans, a indiqué Slate.fr fin avril. A cette date, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait justement autorisé l'opérateur à exploiter le site jusqu'en 2022. 

"Selon ses calculs, une fermeture anticipée [priverait EDF] de 200 000 euros par an. S'ajouterait à cela le remboursement de 150 millions d'investissements non amortis et l'indemnisation [de ses] clients allemands et suisses (...)", indique le JDD.

Interrogée par l'hebdomadaire, la ministre de l'Ecologie a indiqué que l'heure n'était pas venue d'en discuter : "Nous discuterons d'une indemnités une fois la loi votée en 2014", a prévenu Delphine Bathot. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.