Cet article date de plus de dix ans.

La croissance de la France en 2010 s'établira à un "gros 1,6%", a déclaré lundi Christine Lagarde

Samedi, le Premier ministre François Fillon avait déclaré que la croissance de l'économie française serait cette année "nettement supérieure" à la prévision de 1,5% avancée jusqu'ici par le gouvernement.Plus prudente, la ministre de l'économie a déclaré: "J'ai bon espoir qu'on fera un gros 1,6%".
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Christine Lagarde (AFP - Patrick Kovarik)

Samedi, le Premier ministre François Fillon avait déclaré que la croissance de l'économie française serait cette année "nettement supérieure" à la prévision de 1,5% avancée jusqu'ici par le gouvernement.

Plus prudente, la ministre de l'économie a déclaré: "J'ai bon espoir qu'on fera un gros 1,6%".

Elle a rappelé que le gouvernement avait été prudent il y a un an en faisant ses prévisions pour 2010. "On a commencé avec 0,8%, puis 1,2%, et 1,5%", a-t-elle déclaré.

Alors qu'on lui demandait si la croissance allait atteindre 1,7%, Mme Lagarde a préféré "ne pas s'engager". "Il faut attendre de rassembler l'ensemble des résultats" des grosses entreprises françaises", a-t-elle dit.

Concernant 2011, Mme Lagarde a prévu un taux de croissance de l'économie française de 2%. "Nous enregistrons depuis quatre trimestres des taux de croissance de 2%, il n'y a aucune raison de croire" que cela va changer, a-t-elle indiqué, en invoquant une demande soutenue pour les produits français, ainsi que les effets des réformes entreprises par le gouvernement depuis trois ans.

La prudence de Mme Lagarde par rapport aux chiffres avancés par M.Fillon trouve un écho dans les dernières études de l'OCDE. Dans son étude sur la zone euro, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE ) estime que "la reprise est maintenant en cours", mais qu'elle sera probablement "faible" et "lente", d'autant que la réduction des déficits, "priorité immédiate", pourrait "freiner" la croissance "à court terme". "La reprise demeure entourée de lourdes incertitudes", explique donc l'organisation qui réunit les pays riches.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.