Croissance nulle au deuxième trimestre 2015, selon une première estimation de l'Insee

Selon l'institut statistique, au deuxième trimestre 2015, le PIB en volume est stable : 0%, après 0,7% au premier trimestre.

Cette stagnation s\'explique en partie par le fléchissement de la consommation des ménages (+0,1% contre +0,9%).
Cette stagnation s'explique en partie par le fléchissement de la consommation des ménages (+0,1% contre +0,9%). (ALAIN LE BOT / PHOTONONSTOP / AFP)

Pas de croissance au deuxième trimestre 2015 en France. Selon une première estimation de l'Insee, publiée vendredi 14 août, le PIB en volume est stable, après une augmentation de 0,7% au premier trimestre.

Ce chiffre "conforte notre objectif" d'une croissance de 1% en 2015, a réagi dans la foulée le ministre des Finances, Michel Sapin. "Après un premier trimestre très dynamique, le niveau de l'activité se maintient", s'est-il félicité.

La consommation des ménages a fortement fléchi

Moteur attendu d'une reprise économique durable, l'investissement des entreprises a ralenti au deuxième trimestre (+0,2% après +0,6% au premier trimestre), tandis que la consommation des ménages a fortement fléchi (+0,1% après +0,9%). Le commerce extérieur a contribué positivement à l'évolution du PIB (+0,3 point après -0,3), mais a été plombé par les variations de stocks (-0,4 point).

Autre élément marquant de cette première estimation, l'investissement des ménages accentue encore son recul au printemps (-1,6% après -1,1%). Les exportations ont en revanche accéléré (+1,7% après +1,3%), notamment celles de matériels de transport (+8,2% après +0,1%), mais celles de produits pétroliers raffinés ont fortement ralenti (-7,5% après +13%). Dans le même temps, les importations ont ralenti (+0,6 après +2,2%).