Cet article date de plus de huit ans.

La CGT en congrès pour réfléchir à son avenir

Plus d'un millier de délégués vont débattre jusqu'au 22 avril à Marseille des grandes orientations du premier syndicat de France pour les trois ans à venir.
Article rédigé par Sarah Lemoine
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT © SIPA/ UGO AMEZ)

Les délégués doivent aussi confirmer le secrétaire général Philippe Martinez à son poste. L'enjeu est de taille : la CGT a perdu des adhérents ces dernières années. Elle en a 686.000 aujourd'hui et a du mal à imposer ses idées dans un contexte social particulièrement tendu.

Un syndicat qui a du mal à toucher les jeunes, les précaires et les cadres

Ce congrès, c'est aussi le premier depuis l'affaire Lepaon. Celle de l'ex-secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon débarqué début 2015 après le scandale sur les travaux de son appartement de fonction. Un coup de tonnerre qui a couté des voix, notamment dans la fonction publique. L'affaire reste sensible. D'autant plus que le premier syndicat de France est talonné par la CFDT et pourrait se faire dépasser lors des prochaines élections professionnelles.

Aujourd'hui, 50% des militants cégétistes ont plus de 50 ans. Le syndicat a du mal à toucher les jeunes, les précaires, les auto-entrepreneurs, les cadres et à s'implanter dans certaines entreprises. L'autre inquiétude concerne la perte d'influence. Les contre-propositions de la confédération sur le projet de loi El Khomri sont passées inaperçues.

"La CGT doit être plus en phase avec les évolutions du monde du travail" Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

A LIRE AUSSI ►►► Expliquez-nous la CGT 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.