Cet article date de plus de sept ans.

La campagne des poulets (Loué) ne plaît pas aux policiers

Les affiches publicitaires du groupe Loué, lancé mercredi, qui associent poulets et policiers ne sont pas du goût des forces de l'ordre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La publicité Loué sur le site du groupe. © Loué)

L'opération de communication des poulets Loué ne plaît pas à certains policiers. Et pour cause, la nouvelle campagne de publicité repose, depuis mercredi, sur la comparaison poulets-volailles/ poulets-gendarmes. Sur les affiches, on peut notamment voir une volaille contrôlée par un homme en uniforme équipé d’un radar, avec le slogan "Un bon poulet est un poulet libre". 

 

Pour le syndicat des gardiens de paix, Unité SGP, la campagne est simpliste et ridiculise la police. Même son de cloche, du côté du syndicat de policiers Alliance. Son représentant, David Olivier Reverdy, estime que les forces de l’ordre rencontrent déjà assez de problèmes. "On a plus besoin de soutien, tant nos collègues sont victimes tous les jours d’actes de violences."

David Olivier Reverdy, représentant du syndicat Alliance au micro de Christophe Boccara
écouter

Le groupe ne retirera pas les affiches

Mais pour la direction de Loué la campagne n’est pas désobligeante. "Pourquoi voulez-vous retirer cette affiche ? Si au mois de juillet, les gens ne sont plus capables de sourire, mais quand vont-ils sourire", déplore Yves de la Fouchardière, PDG du groupe LDC distributeur des poulets Loué. 

Yves de la Fouchardière, PDG du groupe LDC distributeur du groupe Loué au micro de Christophe Boccara.
écouter

En 2010, le groupe avait déjà fait polémique en associant poulets et policiers, ce qui avait provoqué le mécontentement de certains syndicats. Yves de la Fouchardière avait, à cette époque, précisé que l'uniforme sur l'affiche ne correspondait ni à celui des gendarmes, ni celui des policiers 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.