Cet article date de plus de dix ans.

La Banque de France a revu sa prévision de croissance pour le deuxième trimestre, à 0,4% contre 0,5% initialement

Le climat des affaires en France s'est de nouveau légèrement dégradé en mai, dans l'industrie manufacturière comme dans les services, montre l'enquête mensuelle de conjoncture de l'Insee.Cette révision à la baisse de la prévision de croissance est due aux résultats de l'enquête de conjoncture de la BdF.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Banque de France (AFP/Yvan Travert)

Le climat des affaires en France s'est de nouveau légèrement dégradé en mai, dans l'industrie manufacturière comme dans les services, montre l'enquête mensuelle de conjoncture de l'Insee.

Cette révision à la baisse de la prévision de croissance est due aux résultats de l'enquête de conjoncture de la BdF.

Celle-ci montre une légère augmentation de l'activité industrielle mais les prévisions des chefs d'entreprise s'orientent vers une légère baisse, explique la BdF.

Les carnets de commandes sont revenus à leur niveau élevé du début de l'année "mais les prises de nouvelles commandes ont eu tendance à ralentir leur progression", ajoute-t-elle.

L'indicateur du climat des affaires dans l'industrie recule ainsi de trois points en mai à 103. Celui des services où "les perspectives laissent augurer un tassement de l'activité", accuse une baisse de deux points, à 100.

Dans l'industrie, le taux d'utilisation des capacités de production a poursuivi sa remontée: à 81,1%, il se rapproche de sa moyenne de longue période de 82%, sous laquelle il se situe depuis le printemps 2008.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.