Cet article date de plus d'onze ans.

La banque centrale américaine revoit à la baisse ses perspectives de croissance et d'emploi aux USA

Dans la transcription publiée mercredi de sa réunion de politique monétaire de juin, la Fed abaisse sa prévision de croissance, qui devrait être comprise en glissement annuel entre 3,0% et 3,5% à la fin du quatrième trimestre 2010 (en avril elle prévoyait de 3,2% à 3,7%).Conséquence: la décrue du chômage devrait être plus lente que prévu.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Réserve fédérale des États-Unis (FED) (AFP - Karen Bleier)

Dans la transcription publiée mercredi de sa réunion de politique monétaire de juin, la Fed abaisse sa prévision de croissance, qui devrait être comprise en glissement annuel entre 3,0% et 3,5% à la fin du quatrième trimestre 2010 (en avril elle prévoyait de 3,2% à 3,7%).

Conséquence: la décrue du chômage devrait être plus lente que prévu.

La prévision de chômage pour 2010 passe de 9,2% à 9,5%. Mais les perspectives s'aggravent sur les deux ans à venir. Fin 2011, la Fed table sur un taux de 8,3% à 8,7% de chômage (contre 8,1 à 8,5% prévus auparavant), et fin 2012, sur 7,1% à 7,5% (contre 6,6 à 7,5%).

Les participants à cette réunion ont "également noté que plusieurs incertitudes, y compris celles dues aux changements législatifs et aux événements sur les marchés financiers mondiaux, généraient un niveau élevé de prudence qui pourrait amener certaines entreprises à retarder des embauches et des dépenses d'investissement prévues".

Cette dégradation des perspectives a amené la banque centrale à envisager la possibilité de soutenir davantage l'économie si la situation venait à "empirer sensiblement".

Les participants sont apparus très divisés sur les perspectives de l'inflation. Et "un petit nombre de participants a cité un certain risque de déflation", lit-on également, un terme très rarement évoqué par des dirigeants de banque centrale.

La réunion du comité de politique monétaire des 22 et 23 juin avait maintenu le taux d'intérêt directeur de la Fed proche de zéro, dans l'espoir de stimuler au maximum le crédit et l'activité économique.

La publication mercredi de ce qu'on appelle dans le jargon "les minutes" de cette réunion a fait passer Wall Street dans le rouge en séance, le Dow Jones cédant 0,30% et le Nasdaq 0,05%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.