L'emploi salarié marchand a augmenté en France au premier trimestre grâce aux missions intérimaires

L'institut de la statistique a fait état de 23.900 postes créés, soit une hausse de 0,2% de l'emploi salarié, après 7.300 destructions (0,0%) le trimestre précédent.Il faut remonter au premier trimestre 2008 pour retrouver des chiffres de l'emploi positifs.

(AFP - Denis Charlet)

L'institut de la statistique a fait état de 23.900 postes créés, soit une hausse de 0,2% de l'emploi salarié, après 7.300 destructions (0,0%) le trimestre précédent.

Il faut remonter au premier trimestre 2008 pour retrouver des chiffres de l'emploi positifs.

"L'économie française est bien entrée dans l'après-crise, ce qui ne signifie pas que les effets de la crise se sont résorbés", a réagi dans un communiqué Christine Lagarde, la ministre de l'Economie.

"Le marché du travail s'est aujourd'hui globalement stabilisé", ajoute-t-elle en notant le dynamisme de l'emploi intérimaire, qui profite plus particulièrement aux jeunes. De fait, l'emploi hors intérim est reste orienté légèrement à la baisse avec 6.500 postes détruits au premier trimestre, selon l'Insee.

La hausse de l'intérim, amorcée dès le deuxième trimestre 2009, s'est accélérée avec 30.400 emplois créés, soit une progression de 6,2% après +5,0% au dernier trimestre 2009. Mais il n'est évidemment pas question, par définition, de postes à durée indéterminée.

"Nous venons ce matin d'enregistrer l'une des premières bonnes nouvelles structurelles sur le front de cette bataille de l'emploi ", a-déclaré dans la foulée le Premier ministre François Fillon.

"Nous sommes dans une phase de reprise de l'activité économique, de reprise très forte de l'activité mondiale, de reprise moins forte des activité des pays européens pour des raisons structurelles que l'on connaît. Et parmi les pays européens, la France est celle qui a les prévisions de croissance les plus favorables", a-t-il ajouté.

Il assuré que désormais, "chaque semaine", il mettra l'accent sur "les actions ponctuelles et locales qui permettent de lutter contre le chômage"

Sur douze mois, l'emploi a baissé de 1,0% dans les secteurs principalement marchands, soit 154.700 postes détruits. La variation annoncée en première estimation était de -1,3%.

La reprise reste plombée
L'industrie a encore perdu 29.100 postes au premier trimestre (-0,9%), portant les destructions d'emplois dans ce secteur à 154.700 depuis un an.

L'emploi a en revanche commencé à remonter la pente dans la construction (+3.000 au lieu de -11.000 en première estimation, soit +0,2%) et il a progressé de 0,5% dans le tertiaire (+50.000, intérim compris).

La hausse de l'intérim de 6,2% au premier trimestre est comptabilisée dans le tertiaire, quel que soit le secteur dans lequel les salariés effectuent leur mission. Hors intérim, 19.600 postes ont été créés dans le secteur tertiaire après 10.300 au trimestre précédent.

"S'il n'y avait pas eu l'intérim, l'emploi total aurait baissé, ce qui illustre la fragilité de la conjoncture actuelle. Et la précarisation de l'emploi n'est vraiment pas de bon augure pour une consommation qui est déjà bien souffreteuse", commentait Alexander Law, économiste chez Xerfi.

Les prévisions de Pôle emploi
Dans ses dernières prévisions publiées jeudi, Pôle emploi anticipe encore 63.000 destructions de postes en France en 2010, après 313.000 en 2009 et 102.000 en 2008.

L'emploi ne repartirait à la hausse en base annuelle qu'en 2011 avec 94.000 postes créés, un chiffre revu en hausse par rapport à la précédente prévision en mars (+74.000).

Dans ce contexte, le taux de chômage atteindrait 9,8% en France métropolitaine en 2010, contre 9,5% en 2009, avant de revenir à 9,6% en 2011