Cet article date de plus de dix ans.

L'économie brésilienne a affiché au premier trimestre une croissance de 9% en rythme annuel

Ce taux de croissance, le plus rapide depuis que le gouvernement a changé de méthode de calcul en 1996, est nettement supérieur à celui de 8,4% attendu par le marché.D'un trimestre sur l'autre, le produit intérieur brut brésilien a augmenté de 2,7%, alors que le marché attendait 2,5%. Il s'agit du taux le plus élevé depuis le 1er trimestre 2004.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva (2008) (AFP)
Ce taux de croissance, le plus rapide depuis que le gouvernement a changé de méthode de calcul en 1996, est nettement supérieur à celui de 8,4% attendu par le marché.

D'un trimestre sur l'autre, le produit intérieur brut brésilien a augmenté de 2,7%, alors que le marché attendait 2,5%. Il s'agit du taux le plus élevé depuis le 1er trimestre 2004.Les dépenses d'investissement ont bondi de 7,4% au premier trimestre par rapport au quatrième, tandis que l'industrie affichait une croissance de 4,2% et l'agriculture une hausse de 2,7%. Certains indicateurs suggèrent toutefois un ralentissement du rythme de croissance après la suppression d'un série d'avantages fiscaux qui avaient été mis en place pour aider l'économie à sortir d'une brève récession l'an dernier.

La production industrielle marque le pas. Elle a reculé de 0,7% en avril par rapport à mars.

Selon les analystes, les chiffres du PIB au premier trimestre laissent penser que la croissance restera robuste pour le reste de l'année, même avec une baisse des dépenses publiques et avec une remontée des taux d'intérêt destinée à prévenir une surchauffe. Les spécialistes tablent sur une croissance de 6% pour le Brésil cette année. Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a évoqué le mois dernier une croissance économique de 7% en 2010 pour le Brésil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.