Cet article date de plus de dix ans.

L'Assurance maladie veut accélérer les sorties de maternité

Objectif : faire des économies tout en procurant un suivi de qualité aux femmes qui viennent d'accoucher.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une jeune maman et son bébé dans un hôpital en France, le 1er janvier 2008. (GILE MICHEL / SIPA)

Moins dépenser tout en assurant un suivi de qualité aux femmes qui viennent d'accoucher : c'est l'objectif de la mise en place du Programme d'accompagnement du retour à domicile "Prado" par l'Assurance maladie. Expérimenté depuis 2010, il devrait être généralisé en 2013, selon Le Figaro. Le quotidien précise qu'il manque seulement "le feu vert" du ministère de la Santé.

Ce programme consiste à accompagner toute femme qui vient de mettre au monde un enfant sans complication lors de son retour à son domicile, prévu de ce fait plus tôt. "Un coordonnateur de l'Assurance maladie, présent à la maternité, lui proposera d'être mise en relation avec une sage-femme libérale, qui viendra le lendemain de son retour à domicile, puis une deuxième fois les jours suivants, indique Le FigaroCette sortie restera, bien sûr, décidée par le médecin ou la sage-femme de l'hôpital."

Elisabeth Tarraga, du syndicat de sages-femmes libérales l'Organisation nationale des syndicats de sages-femmes (ONSSF), explique dans Le Figaro : "La Sécu va dépenser un peu plus. Mais elle y gagnera si le suivi évite des réhospitalisations de la mère ou de l'enfant, comme cela arrive trop souvent, ne serait-ce que parce que les femmes ne savent pas à qui d'autre s'adresser si ce n'est à la maternité en cas de souci." La Sécurité sociale part du principe qu'ainsi la durée moyenne de séjour pour un accouchement normal va baisser. En France, elle était de 4,4 jours en 2007, selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.