Cet article date de plus d'un an.

Inflation : la ministre du Commerce Olivia Grégoire prévoit une "baisse visible" des prix alimentaires en septembre et menace de taxer les industriels qui "ne joueraient pas le jeu"

La ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme était l'invitée de l'émission "Questions politiques", dimanche 30 avril.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Olivia Grégoire, ministre des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, était dimanche 30 avril l'invitée de Questions politiques. (FRANCEINFO / FRANCE INTER)

"Je peux vous affirmer avec une certaine certitude qu'à la rentrée de septembre nous aurons une baisse visible des prix dans les rayons" alimentaires, a déclaré Olivia Grégoire dimanche 30 avril sur France Inter et franceinfo. La ministre prévoit cette baisse alors que certains distributeurs ont commencé à renégocier les prix avec les industriels de l'agroalimentaire, après la baisse des cours de certaines matières premières. 

"On a demandé de rouvrir des négociations et certains ont déjà commencé, ils sont allés voir les industriels de l’agroalimentaire", explique Olivia Grégoire. "Ces renégociations vont porter leurs fruits à l'été, et je peux vous affirmer avec une certaine certitude qu'à la rentrée nous aurons une baisse visible des prix dans les rayons sur l’inflation alimentaire, en septembre."  " Les renégociations vont faire redescendre les prix qui étaient montés à l'aune de l'inflation, donc on va revenir à des prix qui étaient les prix pré-inflation", a-t-elle assuré.

>> Infographies : le panier de courses franceinfo du mois de mars

Olivia Grégoire menace de taxer les industriels qui ne "joueraient pas le jeu" de la baisse des prix. "Nous ne tremblerons pas si on se rend compte que les industriels de l’agroalimentaire ne jouent pas le jeu, a-t-elle assuré. Nous demandons un geste fort à l’endroit des consommateurs. S’ils ne jouent pas le jeu, on prendra nos responsabilités. On peut tout à fait envisager une taxation sur les industriels de l’agroalimentaire qui ne joueraient pas le jeu et qui ne prendraient pas la part de l’effort", expliquant que cet effort était attendu "avant l'été". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.