Inflation : la situation ne tend pas vers une amélioration

Publié Mis à jour
Inflation : la situation ne tend pas vers une amélioration
Article rédigé par
France Télévisions

Alors que la France subit une augmentation de l'inflation de 4,8%, celle-ci ne devrait pas cesser de sitôt. Selon l'économiste Henri Sterdyniak, la nouvelle vague de Covid en Chine et le potentiel envenimement du conflit entre la Russie et l'Ukraine risquent d'empirer les choses.

Après une forte reprise l’an dernier, l’économie française est à la baisse. L’épidémie de Covid-19, la guerre en Ukraine, l’inflation qui atteint des sommets en France, la situation peut-elle empirer ? "Le choc inflationniste ne s’est pas encore totalement répercuté au niveau des prix à la consommation. On peut craindre que l’inflation persiste pendant au moins deux ans. Il y a peu d’espoirs que cela s’améliore, d’autant qu’il y a d’autres menaces, comme la résurgence du Covid en Chine et le risque que la situation empire entre la Russie et l’Europe", explique Henri Sterdyniak, économiste et co-fondateur des Economistes Atterrés.

Des mesures insuffisantes

Mais pour compenser, une hausse générale des salaires est-elle envisageable ? "Il y a deux problèmes. La hausse des prix frappe particulièrement les retraités, les fonctionnaires et ceux qui bénéficient de prestations familiales qui n’ont pas eu l’indexation du Smic. On pourrait serrer les vis mais cela créerait un profond mécontentement social. Il est très difficile de bloquer les prix pour des entreprises, qui se retrouveraient avec des profits extrêmement faibles", poursuit-il. 

D’un côté, les mauvais chiffres de l’inflation et de la croissance, de l’autre les "bons" chiffres du chômage qui a encore reculé le mois dernier. Quel impact sur la crise ? "Il y a une déconnexion étonnante entre l’emploi et la croissance. L’emploi est favorisé par l’allègement du droit du travail, la création d’emplois précaires et le développement de l’apprentissage. Tout cela soutien le pouvoir d’achat d’une partie importante de la population, mais ce n’est pas suffisant", souligne Henri Sterdyniak. Des difficultés supplémentaires pour Emmanuel Macron, fraîchement réélu, qui a notamment promis une revalorisation pour les enseignants et les soignants. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.