Papeterie Chapelle Darblay : "Il y a une alternative industrielle", défend le président de la métropole de Rouen, qui veut racheter le site

La métropole rouennaise conteste le projet industriel de Samfi/Paprec, choisi pour racheter le site. Elle craint notamment une perte des compétences du site en matière de recyclage.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La papeterie Chapelle Darblay, en janvier 2020. (XAVIER ORIOT / MAXPPP)

"Il y a une alternative industrielle" à la vente de la papeterie Chapelle Darblay au groupement français Samfi/Paprec, justifie samedi 16 octobre sur franceinfo Nicolas Mayer-Rossignol, président PS de la métropole de Rouen Normandie. La Chapelle Darblay est un important site industriel normand, situé à Grand-Couronne (Seine-Maritime).

Rouen Normandie a annoncé vendredi vouloir user de son droit de préemption pour racheter la papeterie, et ainsi empêcher la cession de celle-ci à Samfi/Paprec. L'actuel propriétaire, le finlandais UPM, a annoncé vendredi la vente du site industriel. "Le service des domaines fera une évaluation du site. Peut-être que le prix sera inférieur à ce qu'(UPM) escomptait avec la vente à Samfi-Paprec, mais c'est plusieurs millions d'euros", a précisé M. Mayer-Rossignol à l'AFP.

La métropole veut préempter le site pour le revendre à Véolia

Le groupement français veut à terme transformer le site en lieu de tri des déchets, avant "d'envoyer les cartons en Allemagne, en Belgique" pour être recyclés, ou bien d'être "enfouis ou brûlés", explique Nicolas Mayer-Rossignol, qui craint une perte des compétences du site en matière de recyclage. "C'est cela qu'on veut en France ? Non, ce n'est pas possible", interpelle-t-il.

Le président de la métropole de Rouen Normandie compte racheter le site pour le revendre à Véolia. L'entreprise, associée avec un groupe canadien, "propose un investissement d'une centaine de millions d'euros" sur le site, afin de développer l'activité de production de carton recyclé. Une activité en pleine explosion avec le commerce en ligne.

L'offre concurrente de Veolia "mérite d'être examinée dans le détail", ont souligné de leur côté le ministre de l'Économie Bruno Le Maire et la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, dans un communiqué vendredi, déplorant l'annonce de la vente de la papeterie au groupe Samfi/Paprec. La Chapelle Darblay est aujourd'hui "le plus gros site de France" pour le recyclage de papier, souligne Nicolas Mayer-Rossignol. Il reste aujourd'hui cinq salariés sur le site, après le licenciement de 228 personnes en 2020. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.