Nucléaire : le fiasco de l'EPR illustre "le mépris pour les métiers manuels" en France

La journaliste Julie Chauveau et l'économiste Christophe Ramaux débattent dans le 23h de franceinfo mardi 29 octobre de l'EPR de Flamanville (Manche) et de la filière nucléaire française.

FRANCEINFO

Le ministre de l'Économie a tapé du poing sur la table, demandant un plan d'action à EDF d'ici un mois. "Le rapport de Jean-Martin Folz est très sévère sur la manière dont a été conduit ce chantier. Il devait se terminer en 2012 et coûter 3,3 milliards d'euros. On en est à 12,5 milliards" avec près de dix ans de retard, rappelle la journaliste des Échos Julie Chauveau.

"On ne peut pas se passer du nucléaire"

"On a une illustration du néolibéralisme avec l'abandon des politiques industrielles et la non-construction de centrales durant des décennies, alors qu'on ne peut pas se passer du nucléaire en France si on veut répondre sérieusement au réchauffement climatique", souligne Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés.

"On paye le fait de mépriser les métiers manuels, les métiers du secteur industriel", ajoute-t-il. Et de nuancer : "Les dix milliards d'euros de surcoûts vont être amortis sur 30 ans, c'est quelques centaines de millions d'euros par an. Le prix de l'électricité est deux fois plus cher en Allemagne qu'en France et contient dix fois plus de gaz à effet de serre".

Le réacteur de Flamanville 3 dans la Manche. Le 16 novembre 2019.
Le réacteur de Flamanville 3 dans la Manche. Le 16 novembre 2019. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)