GM&S : reprise attendue des négociations sur les primes de licenciement, sans offre de reprise de GMD

Aucune offre de reprise n'a été déposée pour l'usine GM&S à la Souterraine à la veille de la décision du tribunal. Les négociations des primes de licenciement reprennent jeudi. 

L\'usine GM&S bloquée par des salariés à La Souterraine (Creuse), le 21 juin 2017. 
L'usine GM&S bloquée par des salariés à La Souterraine (Creuse), le 21 juin 2017.  (PASCAL LACHENAUD / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le groupe GMD n'avait déposé, jeudi 29 juin à 10h30, aucune offre de reprise de GM&S à La Souterraine (Creuse), rapporte France Bleu Creuse, alors que le tribunal de commerce de Poitiers doit se prononcer vendredi sur une éventuelle liquidation du site. "Bercy fait tout pour que les conditions suspensives soient levées" affirme le ministère de l'Economie à France Bleu Creuse.

Les négociations sur les primes de licenciement sur le point de reprendre 

La CGT annonce, de son côté, que les négociations au sujet des primes de licenciement doivent reprendre jeudi, à 17h, à Bercy. Le syndicat demande des primes extralégales à hauteur de 155 000 euros par salarié, toute la question étant de savoir qui va les payer.

Lors des plans sociaux précédents, ces primes avaient été versées par PSA et Renault, principaux clients du sous-traitant automobiles, mais les deux groupes refusent de mettre la main à la poche cette fois-ci, tout comme GMD.

277 personnes travaillent chez GM&S à La Souterraine. GMD, dont le siège est à Suresnes (Hauts-de-Seine), envisage d'en reprendre 120, mais il ne s'agit, pour le moment, que de négociations orales.