"France 2030" : pour Arnaud Montebourg, le bilan d'Emmanuel Macron est "destructif" pour le "made in France"

Publié
"France 2030" : pour Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron a "détruit" le "made in France"
France 2
Article rédigé par
C. Roux - France 2
France Télévisions

Arnaud Montebourg, ancien ministre de l’Économie et candidat à l’élection présidentielle de 2022, est l’invité des "4 Vérités" de France 2, mardi 12 octobre, pour commenter le plan d’investissement "France 2030" d’Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron dévoile, mardi 12 octobre, son plan d’investissement, avec l’idée d’investir dans les technologies qui feront la France de 2030. Mais à six mois de l’élection présidentielle de 2022, le contexte est-il favorable à un tel plan, qui va coûter entre 30 et 50 milliards d’euros ? "C’est vrai que l’on peut se demander pour quelles raisons ces investissements n’ont pas été engagés cinq ans plus tôt. J’ai laissé à Emmanuel Macron, qui m’a succédé au ministère de l’Économie, 34 plans industriels, dans tous les secteurs de la technologie, qui ont été abandonnés", rappelle Arnaud Montebourg sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, mardi.

Des intérêts à défendre

Le candidat à la présidentielle 2022 déplore d’ailleurs que le "made in France", qu’il défendait, ait "pris un sacré coup", qualifiant le bilan d’Emmanuel Macron de "destructif" dans ce domaine. "Je pense que lorsque l’on a une technologie, qu’on la maîtrise, et alors que l’on est la lanterne rouge sur le plan industriel des cinq puissances européennes, on peut défendre nos intérêts", estime-t-il. Le nucléaire en fait-il partie ? Pour Arnaud Montebourg, selon "une vision écologique du problème de la décarbonation de l’économie", il faudra "se débarrasser du pétrole, qui régit toutes nos vies". Il n’y aura donc "pas d’autre choix", selon lui, que d’avoir "une sorte de couple énergies renouvelables et nucléaire".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.