Christophe Sirugue : Hinkley Point "valide les choix dans le domaine nucléaire"

Christophe Sirugue s’est félicité sur franceinfo, de l’accord du gouvernement britannique  pour la construction de la centrale d'EDF à Hinkley Point, en Angleterre. "Cela valide les choix faits dans le domaine du nucléaire", a estimé le secrétaire d'État à l'Industrie.

Christophe Sirugue, secrétaire d\'État à l\'Industrie
Christophe Sirugue, secrétaire d'État à l'Industrie (BAZIZ CHIBANE / MAXPPP)

Le gouvernement britannique a donné son accord pour la construction de la centrale d'EDF à Hinkley Point, en Angleterre. "C'est une bonne nouvelle parce que cela valide les choix qui ont été faits quant à la stratégie industrielle dans le domaine du nucléaire", a réagi sur franceinfo Christophe Sirugue, secrétaire d'État à l'Industrie."Cela va créer de l'emploi directement en France. Ce sont 4 500 emplois qui vont bénéficier au site implanté sur le territoire national."

EDF a-t-il les épaules pour porter ce projet alors que plusieurs démissions ont eu lieu ?

Christophe Sirugue : Le gouvernement a travaillé avec EDF. Nous avons, aujourd'hui, une première opération qui consiste à se séparer de certains actifs, une opération qui consiste à une recapitalisation de l'État, nous avons une opération qui consiste à une réorganisation de l'entreprise. Donc, par rapport aux craintes qui avaient été exprimées, il y a eu à la fois une prise en compte sérieuse de ces éléments et une réponse tout aussi sérieuse qui nous permet de considérer que nous pouvons relever ce défi.

Quelles sont les conditions mises par la Grande-Bretagne ?

Les conditions ne sont pas drastiques, elles sont tout à fait compréhensibles. La première c'est de dire qu'EDF reste au moins à 51% pendant la phase des travaux. C'est de s'assurer que l'ouverture du capital après puisse être maîtrisée et que le gouvernement britannique puisse avoir son mot à dire. Ces conditions sont tout à fait normales de la part du gouvernement britannique.

Les syndicats ont pointé du doigt le risque technologique. Qu'en est-il ?

EDF a appris de ses premières réalisations, de ses premiers développements d'EPR. Le risque technologique évolue au fur et à mesure des projets qui se développent. Nous avons un projet qui a été parfaitement travaillé, retravaillé. L'EPR est une technologie qui s'améliore. Il est extrêmement important que ce projet, par rapport au marché international, puisse se concrétiser pour faire la démonstration du savoir-faire industriel de notre pays.

Christophe Sirugue, secrétaire d'État à l'Industrie : "Cela va créer de l'emploi directement en France"
--'--
--'--