Chantier des réacteurs EPR en Angleterre : EDF annonce un nouveau retard et des coûts supplémentaires

La production d'électricité par l'Unité 1 de l'EPR est prévu pour le mois de juin 2026 au lieu de 2025, a annoncé EDF, mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo EDF sur son immeuble à Paris. Photo d'illustration. (ALAIN JOCARD / AFP)

Il va encore falloir attendre. EDF a annoncé mercredi 27 janvier que son énorme chantier de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C, en Angleterre, accusait un nouveau retard et engendrerait des coûts supplémentaires, en raison des "impacts de la pandémie" de Covid-19.

"Le début de production d'électricité par l'Unité 1 est à présent prévu en juin 2026 au lieu de fin 2025 comme annoncé initialement en 2016" lors de la validation du projet, tandis que son coût est désormais estimé entre 22 et 23 milliards de livres sterling, contre une fourchette de 21,5 à 22,5 milliards précédemment annoncée, indique le groupe français dans un communiqué. 

C'est en octobre 2013 qu'EDF a décroché la construction de deux réacteurs nucléaires EPR sur le site d'Hinkley Point C, près de Bridgwater, sur la côte du Somerset (sud-ouest de l'Angleterre). Avec ce projet, il s'agit de remplacer une partie du parc nucléaire britannique, composé de 15 réacteurs, par des réacteurs de nouvelle génération, dit EPR. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.