Automobile : le coût de la "mobilité propre, c'est comme la nourriture bio, c'est plus cher", alerte Carlos Tavares, PSA

Le président du directoire du groupe automobile PSA, Carlos Tavares, invité sur France Inter samedi 29 septembre, a rappelé que si le durcissement des normes était "tout à fait normal et souhaitable", la mutation proposée à l'industrie automobile européenne est, elle, selon lui, une mutation "lourde de conséquences".

Carlos Tavares au 88e International Motor Show, le 18 mars 2018.
Carlos Tavares au 88e International Motor Show, le 18 mars 2018. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Les gouvernements ont pris la décision scientifique de demander aux constructeurs automobiles d'aller vers l'électrique. Cette instruction est très claire, elle est visible dans les objectifs de C02 qui nous sont imposés par l'Union européenne", a rappelé samedi 29 septembre sur France Inter Carlos Tavares, président du directoire du groupe automobile PSA. "Ces objectifs, poursuit-il, ne sont atteignables que grâce à une technologie qui est celle des véhicules électriques."

Ce qui fait débat aujourd'hui, c'est la vitesse à laquelle il faut transformer l'ensemble de l'industrie automobile en Europe qui emploie 13 millions de personnes pour atteindre des objectifs particulièrement sévères à l'horizon 2030.Carlos Tavaresà franceinfo

Mais pour le patron de PSA, si le durcissement des normes est "tout à fait normal et souhaitable", "la mutation qui est proposée [à l'industrie automobile européenne] est une mutation lourde de conséquences". Le coût de la "mobilité propre, c'est comme la nourriture bio, c'est plus cher. En tant que citoyens, soit nous acceptons de payer la mobilité propre plus cher, soit nous mettons l'industrie automobile européenne en difficulté", explique-t-il.