André Fages (CFE-CGC) espère "que le gouvernement va se mettre en ordre de bataille" pour Alstom

François Hollande préside lundi matin à l'Elysée une réunion interministérielle sur Alstom après la décision du groupe d'arrêter la production de trains à Belfort. "L'intersyndicale va se rendre à Bercy mercredi après-midi pour discuter avec le ministre Michel Sapin et essayer de comprendre jusqu'où le gouvernement est prêt à aller", a réagi André Fages, délégué CFE-CGC à Belfort, sur franceinfo.

André Fages, délégué CFE-CGC à Belfort, le 8 septembre
André Fages, délégué CFE-CGC à Belfort, le 8 septembre (/NCY / MAXPPP)

Une réunion ministérielle est prévue ce lundi matin à 8h30 autour de François Hollande pour essayer de sauver l'usine d'Alstom de Belfort après l'annonce la semaine dernière d'une délocalisation en Alsace d'une partie du site. André Fages, délégué CFE-CGC à Belfort, a dit espéré lundi sur franceinfo "que le gouvernement va se mettre en ordre de bataille et va établir une stratégie."

"Je pense que des négociations vont s'ouvrir en interne entre le gouvernement et Alstom qui ne seront pas sur la place publique. L'intersyndicale va se rendre à Bercy mercredi après-midi pour discuter avec le ministre Michel Sapin et essayer de comprendre jusqu'où le gouvernement est prêt à aller pour Belfort", a-t-il annoncé.

Nous allons adopter une stratégie de réponses graduéesAndré FagesCFE-CGC

Le délégué syndical a admis que le carnet de commandes n'est pas bon à partir de 2018 mais, selon lui, "on crie avant d'avoir mal". "Il faut savoir qu'en 2012 nous avions à Belfort un carnet de commandes qui était pire que celui que nous avons aujourd'hui. Nous avons réussi à accrocher des commandes qui nous ont permis de produire et de concevoir des locomotives jusqu'en 2016 sans problème", a-t-il précisé.

"Ma crainte, c'est qu'il y ait de la part d'Alstom une stratégie de délaisser complétement le secteur des locomotives qui n'est pas assez rentable au vu de certains financiers", a-t-il ajouté.

Les syndicats prévoient-ils des grèves et des blocages sur le site de Belfort. "Oui bien sûr, mais nous allons adopter une stratégie de réponses graduées", a-t-il expliqué.

André Fages, délégué CFE-CGC à Belfort : "j'espère que le gouvernement va se mettre en ordre de bataille"
--'--
--'--