Amiante : le combat des salariés de Renault Trucks

À Rillieux-la-Pape (Rhône) se tient une audience exceptionnelle avec plus de 1 200 plaignants. Exposés à l’amiante durant leur carrière, ils demandent réparation pour préjudice d’anxiété.

FRANCE 3

Mardi 12 mars, tôt dans la matinée, tous se sont retrouvés devant leur ancienne usine. Retraités de Berliet, RVI, Iveco et Renault Trucks. Certains ont passé 10, 20 voire 30 ans dans ces ateliers pour fabriquer véhicules utilitaires et camions sans savoir qu’un danger mortel les guettait. Le site industriel de Vénissieux (Rhône), après des années de combat, a été classé comme "site amiante". Un classement qui ouvre droit à une demande de réparation pour préjudice d’anxiété.

Une audience exceptionnelle

Direction le conseil des prudhommes, délocalisé à Rillieux-la-Pape (Rhône) pour une audience exceptionnelle avec 1208 plaignants. Tous connaissent un ancien collègue décédé de maladie. Pour l’immense majorité des plaignants, rien à signaler pour l’instant, mais le doute plane. C’est cette angoisse qu’ils souhaitent faire reconnaître. Chacun des plaignants réclame 15 000 euros de dommages et intérêts. Le jugement pourra toutefois faire l’objet d’un appel.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des poids lourds Renault Trucks en Espagne, le 4 février 2015.
Des poids lourds Renault Trucks en Espagne, le 4 février 2015. (DPPI MEDIA / AFP)