Aérien : la crise des compagnies à bas coût

La compagnie d'aviation Germania a déposé le bilan mardi 5 février, annulant tous les vols prévus. C'est la huitième compagnie à mettre la clef sous la porte ces derniers mois en Europe.

FRANCE 2

Malgré sa précarité, le modèle des compagnies à bas coût est plébiscité par les voyageurs. "Ça permet de voyager plus souvent et de visiter plus de pays", se satisfait un client. Sur un marché ultra-concurrentiel, les petites compagnies ont du mal à trouver l'équilibre.

Moins de 30 euros pour un vol européen

Alors que la guerre des prix fait rage entre les compagnies, la remontée du prix du cours du carburant, plus 50% entre 2017 et 2018, est l'un des facteurs importants des difficultés rencontrées par les entreprises. Chez RyanAir, le prix du billet a diminué de 6% entre 2018 et 2019, soit un billet à moins de 30 euros pour un vol européen et 20 millions d'euros de pertes au dernier trimestre. "En dessous de 100 appareils, il est difficile d'exister et de survivre", analyse Emmanuel Combe, spécialiste d'aéronautique. Le trafic aérien devrait doubler ces 15 prochaines années, les compagnies à bas coût les plus solides comptent bien en tirer profit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion de la compagnie easyJet, parti vendredi de Lyon et à destination de Rennes avait dû rebrousser chemin en vol après un appel téléphonique anonyme faisant état de la présence d\'une bombe à bord. Image d\'illustration.
Un avion de la compagnie easyJet, parti vendredi de Lyon et à destination de Rennes avait dû rebrousser chemin en vol après un appel téléphonique anonyme faisant état de la présence d'une bombe à bord. Image d'illustration. (PASCAL PAVANI / AFP)