Cet article date de plus d'un an.

Indice de réparabilité : "43% des consommateurs le connaissent", selon le Groupement des marques d’appareils pour la maison

L'indice de réparabilité s'applique désormais à quatre nouvelles catégories d'appareils et permet, selon Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement des marques d’appareils pour la maison, au consommateur de faire un choix éclairé lors de son achat.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'indice de réparabilité affiché sur un lave-linge. (PATRICK LAVAUD / MAXPPP)

À partir du vendredi 4 novembre, l'indice de réparabilité s'applique à quatre nouvelles catégories d'appareils électroménagers : les lave-linge "top" qui s'ouvrent par le haut, les lave-vaisselle, les aspirateurs, et les nettoyeurs haute-pression. "43% des consommateurs le connaissent et 7 sur 10 lui font confiance", se réjouit ce vendredi sur franceinfo Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement des marques d’appareils pour la maison, qui fédère une centaine de marques d’électroménager. Selon elle, "c'est une information recherchée par les consommateurs, comme l'étiquette énergie".

Permettre au consommateur de faire un choix "éclairé"

L'affichage de l'indice de réparabilité est obligatoire depuis le 1er janvier 2021 pour les lave-linge à hublot, téléviseurs, smartphones, ordinateurs portables et tondeuses à gazon. Il s'agit d'une disposition de la loi anti-gaspillage. Il se présente sous forme de logo, une clé à molette au milieu d'un écrou, allant du vert clair au rouge vif. Ces appareils électroménagers sont notés de 0 à 10. Cet indice "permet aux consommateurs de faire un choix éclairé", souligne Camille Beurdeley.

Néanmoins, l'UFC-Que Choisir a émis des critiques. "Une grande majorité de vendeurs en ligne ne répondent pas encore à leur obligation d’afficher l’indice de réparabilité", écrivait l'association de consommateur dans un rapport publié en décembre dernier. Elle plaide aussi pour une amélioration des critères (facilité du démontage du produit, documentation disponible, prix et disponibilité des pièces détachées, le cinquième est spécifique à chacun des produits).

C'est une première mondiale

"Il faut savoir que c'est une première mondiale. La création de l'indice lui-même a été un travail extrêmement important pour l'ensemble des parties prenantes. L'UFC-Que Choisir a pu exprimer sa position", répond dans un premier temps la déléguée générale du Groupement des marques d’appareils pour la maison avant d'ajouter : "Il y aura probablement des évolutions de l'indice puisqu'on a un retour d'expérience".

Camille Beurdeley estime que "c'est un indice qui fonctionne, qui permet de comparer les produits". Elle rappelle que cet indice de réparabilité "doit être calculé par tous fabricants qui commercialisent des produits sur le territoire français. La France apparaît comme précurseur, puisqu'au niveau européen ont voit déjà certains pays – l'Espagne, la Belgique – se saisissent du sujet. La Commission européenne travaille également sur un indice de réparabilité et s'inspire largement des travaux français". Le ministère de la Transition écologique prévoit de transformer cet indice de réparabilité en indice de durabilité "à horizon 2024, notamment par l’ajout de nouveaux critères comme la robustesse ou la fiabilité des produits".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.