Un "petit geste" sur les impôts en 2015 ? Rien n'est moins sûr

Alors que François Hollande envisagerait une baisse d'impôts pour les ménages en 2015, les ministres Bernard Cazeneuve et Pierre Moscovici se refusent à toute promesse.

Officiellement, le gouvernement prévoit une baisse de la \"pression fiscale\" de 0,3% en 2017. Pas avant.
Officiellement, le gouvernement prévoit une baisse de la "pression fiscale" de 0,3% en 2017. Pas avant. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Les ménages français pourront-ils bientôt profiter d'une baisse d'impôt ? L'Elysée songerait à "un petit geste" en 2015, affirme mardi 21 janvier à l'AFP et à Reuters une source dans l'entourage de François Hollande.

Rien n'est moins sûr, répondent mercredi les deux ministres concernés, Bernard Cazeneuve et Pierre Moscovici. Francetv info revient sur ce mini-feuilleton fiscal.

Acte 1 : un "petit geste" envisagé à l'Elysée

François Hollande a promis des baisses de charge pour les entreprises, mais les ménages ne seraient pas oubliés, selon une source dans l'entourage du président citée mardi par l'AFP et Reuters.

"On va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première baisse d'impôts, explique cette source. Si on fait un petit geste pour les entreprises, on fera vraisemblablement un petit geste pour les ménages."

Le souhait de l'Elysée apparaît comme une accélération des objectifs en matière de fiscalité. Jusqu'à présent, Bercy tablait sur une stabilisation des prélèvements obligatoires en 2015 et 2016, avant une baisse en 2017, rappelle Le Figaro.

Acte 2 : "Si nous pouvons", explique Cazeneuve

Le ministre du Budget temporise, mercredi matin. "Si nous pouvons baisser les impôts en 2015, nous le ferons", affirme-t-il au micro de France Info. Le "petit geste" n'est donc, à l'entendre, qu'une éventualité.

Il faut dire que pas plus tard que vendredi 17 janvier, Bernard Cazeneuve envisageait déjà une accélération du calendrier, mais avec une baisse des impôts seulement "à partir de 2016". "Nous sommes dans une trajectoire qui, pour les trois ans qui viennent, va nous conduire à ne faire que des économie", expliquait-il sur Europe 1.

"Nous avons un objectif d'atteindre 0,3% de pression fiscale en moins d'ici à 2017, rappelle désormais le socialiste. Plus nous aurons d'économies rapidement, plus nous baisserons les impôts rapidement."

Acte 3 : "Cela dépend", répond Moscovici

Cette vidéo n'est plus disponible

Le ministre de l'Economie s'est lui aussi montré très prudent sur BFMTV. Une baisse des impôts en 2015 ? "Cela dépend", répond Pierre Moscovici, qui martèle qu'il "faut réduire de 50 milliards la dépense publique d'ici 2017""Plus vite nous avons des économies, plus forte est la croissance, plus importante est la marge de manœuvre et plus nous pouvons agir."