Cet article date de plus de sept ans.

Trois quarts des Français jugent qu'ils payent trop d'impôts

Seule une petite majorité qualifie ce devoir d'"acte citoyen", selon un sondage Ipsos.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
72% des Français jugent les impôts trop élevés, selon un sondage Ipsos pour "Le Monde", BFMTV, et "La Revue française des finances publiques", publié lundi 14 octobre 2013. (DENIS CHARLET / AFP)

Impôt sur le revenu, taxe d'habitation, taxe foncière... Alors que la saison des impôts bat son plein, les Français font valoir leur mécontentement dans un sondage Ipsos Public Affairs publié lundi 14 octobre par Le Monde, BFMTV et la Revue française des finances publiques. Et même si une majorité accepte le principe des impôts, 72% les jugent trop élevés et trop pesants pour les classes moyennes. 

Selon cette étude d'opinion, une majorité de Français (57%) estime qu'il s'agit d'un acte citoyen de payer ses impôts, et que ces derniers permettent de maintenir un service public significatif ou un haut niveau de protection sociale. Mais 25% jugent qu'aucune de ces raisons ne les justifie.

Ils voient ce qu'ils paient mais pas ce qu'ils reçoivent 

De plus, 74% des Français estiment qu'ils contribuent plus au système qu'ils n'en retirent d'avantages. "En d'autres termes, les Français voient ce qu'ils paient mais pas ce qu'ils reçoivent concrètement", indique Ipsos. 79% condamnent la politique fiscale du gouvernement actuel, jugeant qu'elle n'est pas juste ou peu efficace.

Seule consolation pour François Hollande : la droite et la gauche sont jugées dans l'absolu responsables à part égale de la hausse de la pression fiscale, beaucoup estimant que l'augmentation des impôts est une tendance de fond depuis plusieurs années.

Sondage réalisé du 7 au 10 octobre 2013 auprès de 967 personnes interrogées par internet selon la méthode des quotas, constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.