La "flat tax", prochain boulet fiscal du gouvernement ?

Le prélèvement forfaitaire de 30% appliqué à tous les revenus du capital constitue une mesure phare d'Emmanuel Macron. Mais elle risque de coûter beaucoup plus cher que prévu.

FRANCE 2

La "flat tax" est une réforme fiscale qui tient à cœur à Emmanuel Macron. Mais son application pourrait coûter bien plus cher que prévu. La taxe forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital se révèle particulièrement intéressante pour les dirigeants ou hauts cadres de l'entreprise. Aujourd'hui, ils peuvent décomposer leurs rémunérations entre un salaire et des dividendes. Mais avec la "flat tax", les salaires seront plus taxés que le capital pour les très hauts revenus. Ils pourraient donc choisir d'être davantage rémunérés en dividendes pour payer moins d'impôts.

"On souhaite éviter les abus"

Le sénateur Albéric de Montgolfier craint que certains contribuables abusent du dispositif. "On souhaite éviter les abus", confie-t-il. Les sénateurs viennent d'adopter un amendement pour limiter les reports de salaires vers les dividendes. Mais pour Bruno Le Maire, pas question de remettre en cause cette taxe. Bercy assure que ses services fiscaux seront vigilants pour éviter toute optimisation fiscale exagérée. Le gouvernement évalue le coût de la taxe forfaitaire à 1,9 milliard d'euros en 2019, mais certains économistes estiment qu'elle pourrait coûter cinq fois plus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le prélèvement à la source de l\'impôt sur le revenu, voté en décembre 2016, devait entrer en vigueur le 1er janvier 2018. (Photo d\'illustration)
Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, voté en décembre 2016, devait entrer en vigueur le 1er janvier 2018. (Photo d'illustration) (MAXPPP)