Prélèvement à la source : le gouvernement fera une évaluation "après le premier trimestre"

Le prélèvement à la source est entré en vigueur au 1er janvier et n'a pas entraîné de "bug" au cours du mois écoulé, selon le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

Gérald Darmanin, le ministre de l\'Action et des Comptes publics, le 30 janvier 2019 à l\'Elysée.
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, le 30 janvier 2019 à l'Elysée. (MAXPPP)

Quel bilan dresser du prélèvement à la source ? Depuis le 1er janvier 2019, quelque 25 millions de salariés ont reçu une fiche de paye amputée du montant mensuel de leur impôt sur le revenu. Un passage "sans bug", selon l'exécutif, qui entend faire une évaluation publique du dispositif "après le premier trimestre".

"Je crois qu'il faut attendre un trimestre pour voir comment tout cela a fonctionné", a annoncé Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics lors d'une conférence de presse, lundi 4 février. "J'aurais l'occasion de tirer des conclusions avec les organisations professionnelles pour savoir combien cela a effectivement coûté, même si je crois que c'est beaucoup moins que ce qu'on a dit."

Selon les chiffres du ministère, quelque 717 000 foyers ont réalisé une action sur le service "gérer mon prélèvement à la source" du site impôts.gouv.fr, et 113 000 d'entre eux ont vu leur taux de prélèvement ramené à zéro.