Trois questions pour comprendre les "Football Leaks"

Après une enquête menée par douze médias européens, dont Mediapart, de grandes stars du ballon rond, comme Cristiano Ronaldo et José Mourinho, sont accusées de dissimulation fiscale.

Cristiano Ronaldo, à Lisbonne (Portugal), le 22 novembre 2016.
Cristiano Ronaldo, à Lisbonne (Portugal), le 22 novembre 2016. (CARLOS PALMA / NURPHOTO / AFP)

Fraude fiscale, blanchiment d’argent... Une enquête, baptisée "Football Leaks" et publiée vendredi 2 décembre, met en cause des vedettes du football. Parmi elles : la star du Real Madrid, Cristiano Ronaldo, ou encore José Mourinho, le coach de Manchester United. Pour y voir plus clair, franceinfo revient sur cette affaire en trois questions.

Qui a mené l'enquête ?

Quelque douze médias européens, appartenant à un consortium, l'European Investigative Collaborations (EIC), ont travaillé sur la fuite de 18,6 millions de documents, sur le modèle des "Panama Papers". En France, c'est Mediapart qui a assuré la publication de ces révélations, qui doivent s'étendre sur trois semaines.

Outre Mediapart, le projet rassemble Der Spiegel (Allemagne), The Sunday Times (Royaume-Uni), Expresso (Portugal), El Mundo (Espagne), L'Espresso (Italie), Le Soir (Belgique), NRC Handelsblad (Pays-Bas), Politiken (Danemark), Falter (Autriche), Newsweek Serbia (Serbie) et The Black Sea, média en ligne créé par le Centre roumain pour le journalisme d'investigation. Voici la une du magazine Der Spiegel, qui a obtenu les documents exploités dans cette vaste enquête internationale.

Au total, 1,9 téraoctet de données ont été épluchés par une soixantaine de journalistes pendant sept mois, précise Le Soir. Parmi ces données, il y a "des contrats originaux aux clauses secrètes, des e-mails et échanges WhatsApp, des documents Word ou PDF, des tableurs Excel et photos", poursuit le quotidien belge.

Qui sont les personnes mises en cause ?

La liste complète des personnalités mises en cause n'est pas encore connue. Mais des noms circulent déjà : Cristiano Ronaldo, José Mourinho, le défenseur portugais Pepe ou encore l’attaquant de l’AS Monaco, Radamel Falcao. Ils font tous partie du portefeuille du super-agent du foot, le Portugais Jorge Mendes, également mis en cause.

Cristiano Ronaldo, grand favori pour le prochain Ballon d'Or, est accusé d'avoir "dissimulé 150 millions d'euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les îles Vierges britanniques"Les documents montreraient comment le champion d'Europe "a encaissé, en toute discrétion, un total de 149,5 millions d'euros de revenus de sponsoring dans des paradis fiscaux ces sept dernières années". "Sur cette fortune, l'attaquant n'a payé que 5,6 millions d'euros d'impôts. Soit à peine 4%, et sans être poursuivi pénalement", affirme l'EIC.

José Mourinho est accusé d'avoir "dissimulé 12 millions d'euros au fisc, logés sur un compte suisse détenu par une société écran immatriculée aux îles Vierges britanniques".

Radamel Falcao détient, selon l'EIC, "en tant que personne physique, 2,2 millions de dollars sur un compte à Miami et 8,5 millions d'euros sur son compte à Monaco, sans compter les avoirs d'un trust en Colombie".

Quelle défense ?

La société Gestifute, qui appartient au Portugais Jorge Mendes, a pressenti la publication de cette enquête. Dès vendredi matin, elle a publié un communiqué assurant que Ronaldo et Mourinho respectaient "pleinement leurs obligations fiscales vis-à-vis des autorités espagnoles et britanniques". Ni Ronaldo, ni Mourinho "n'ont été impliqués dans des procédures judiciaires de la commission de fraude fiscale", avait-elle contesté par anticipation.

Pourtant, "un contrôle fiscal a été lancé sur les revenus 2011-2013" de Ronaldo et selon ses avocats "une inspection du fisc espagnol" est "toujours en cours", assure l'EIC. Le Portugais a "touché, entre 2009 et 2014, 74,8 millions d'euros via une société offshore (...) immatriculée aux îles Vierges britanniques, sans en parler au fisc" puis "par peur d'être découvert, il a fini par en déclarer une partie", affirment les enquêteurs des "Football Leaks".

L'EIC précise que Ronaldo, Mourinho et Mendes ont refusé de répondre à ses questions pendant l'enquête.