Paradis fiscaux : la France met à jour sa liste noire en ajoutant six pays

Parmi les pays ajoutés figurent Anguilla (un territoire britannique d'outre-mer), les Bahamas, les Iles Vierges britanniques et les Seychelles, "en raison de leurs carences dans l'échange de renseignements avec la France". 

Une plage dans les îles Turks-et-Caïcos près des Bahamas, le 25 septembre 2016. 
Une plage dans les îles Turks-et-Caïcos près des Bahamas, le 25 septembre 2016.  (DIMITRIOS KAMBOURIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La France a officialisé, mardi 7 janvier, la mise à jour de sa liste noire des Etats et territoires non coopératifs en matière fiscale (ETNC), qui en comporte désormais treize contre sept précédemment.

Quatre pays (Anguilla, Bahamas, Iles Vierges britanniques, Seychelles) ont été inscrits sur la liste "en raison de leurs carences dans l'échange de renseignements avec la France", ont annoncé mardi les ministères de l'Economie et des finances et de l'Action et des comptes publics dans un communiqué.

Six Etats et territoires retirés 

Le titulaire de ce dernier portefeuille, Gérald Darmanin, avait déjà annoncé le 1er décembre dernier la mise à jour de cette liste, de laquelle six Etats et territoires ont en outre été retirés (Bruneï, Guatemala, Iles Marshall, Nauru, Niue, Botswana), selon un arrêté paru au Journal officiel mardi matin.

Les cinq premiers ont ratifié la convention d'assistance mutuelle en matière fiscale du Conseil de l'Europe et de l'OCDE, tandis que le Botswana a signé un avenant à la convention fiscale franco-botswanaise permettant l'échange de renseignements. La France a maintenu le Panama car la coopération fiscale avec ce pays "n'a pas encore suffisamment progressé pour justifier un retrait" de la liste.

Enfin elle a intégré pour la première fois à sa liste huit Etats ou territoires qui ont été inscrits sur la liste européenne des ETNC : Fidji, Guam, les Iles Vierges américaines, Oman, les Samoa américaines, les Samoa, Trinité-et-Tobago et Vanuatu.