"Football Leaks" : un hacker portugais arrêté en Hongrie

Présenté par ses avocats comme un "lanceur d’alerte", Rui Pinto pourrait être remis à son pays d’origine dans un délai d'un mois. Les autorités le soupçonnent de tentative de racket.

Capture d\'écran de la plateforme internet des \"Football Leaks\", le 11 février 2016, à Leipzig (Allemagne).
Capture d'écran de la plateforme internet des "Football Leaks", le 11 février 2016, à Leipzig (Allemagne). (HENDRIK SCHMIDT / DPA / AFP)

Il a participé aux révélations dites des "Football Leaks". Un pirate informatique portugais de 30 ans a été arrêté à Budapest (Hongrie), mercredi 16 janvier. Rui Pinto pourrait être remis à son pays d’origine dans un délai de trois semaines à un mois, a expliqué la police portugaise, qui avait émis un mandat d’arrêt européen à son encontre dans le cadre d'une enquête pour "tentative d'extorsion aggravée et d'autres crimes liés au vol de données".

Rui Pinto est présenté par ses avocats comme "un très grand lanceur d’alerte européen qui a participé aux 'Football Leaks'". Ils ont déjà exprimé qu'ils s'opposeraient à l'extradition de leur client. Dans un communiqué, ils ont néanmoins évoqué l'existence d'une plainte déposée au Portugal en 2015 par la société d'agents Doyen, déjà visée par les "Football Leaks" au sujet de son rôle d'intermédiaire dans les transferts et les contrats de joueurs. L'arrestation de mercredi est, d'après eux, le résultat d'une "précipitation" de la justice portugaise, qui aurait "repris totalement à son compte" les allégations de Doyen.

En septembre dernier, le magazine portugais Sábado avait le premier révélé l'identité de Rui Pinto. En cavale depuis les premières révélations des "Football Leaks", il refusait de retourner au Portugal de peur d'être arrêté, a confié son père au quotidien portugais Jornal de Notícias.

Près de 20 millions de documents

Les "Football Leaks" représentent la plus importante fuite d'informations sur les coulisses du ballon rond : près de 20 millions de documents au total. Fin 2016, cette enquête réalisée par un consortium de médias européens avait mis au jour les mécanismes d'évasion fiscale mis en place dans l'univers du football. La star portugaise Cristiano Ronaldo est notamment visée.

En novembre dernier, une nouvelle série de révélations avait ciblé cette fois le Paris Saint-Germain et Manchester City. Les deux clubs auraient été couverts par l'UEFA pour contourner les règles du fair-play financier.