VIDEO. Réforme fiscale : la CFDT veut "plus de lisibilité", de "justice" et de "progressivité"

Pour le numéro un de la confédération, Laurent Berger, la remise à plat de la fiscalité promise par le gouvernement ne peut "pas être un coup de com'".

FRANCE 2

Jean-Marc Ayrault a donné, lundi 25 novembre, le coup d'envoi des consultations sur la réforme fiscale qu'il entend mener. A la sortie de Matignon, où le Premier ministre a reçu des représentants des syndicats, le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, a averti que cette initiative ne pouvait "pas être un coup de com'" et "s'arrêter là". "Il faut une vraie mise à plat fiscale", a renchéri le dirigeant syndical.

Laurent Berger a formulé à Jean-Marc Ayrault les propositions de la CFDT. La confédération réclame "plus de lisibilité de l'impôt" et "plus de justice" fiscale, grâce à "plus de progressivité". Il souhaite la baisse du poids de la fiscalité indirecte et le renforcement d'un l'impôt sur le revenu "plus progressif".

L'organisation syndicale veut également "faire évoluer le financement de la protection sociale". Elle appelle de ses vœux "une fiscalité des entreprises qui permette de lutter contre l'optimisation fiscale". Mais aussi "des mesures en terme de pouvoir d'achat, d'emploi et d'investissements". Tout comme la CGT, elle s'est en revanche montrée très réservée sur le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, qui passerait par sa fusion avec la CSG.

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, le 25 novembre 2013 à Matignon (Paris) dans le cadre des consultations sur la réforme fiscale.
Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, le 25 novembre 2013 à Matignon (Paris) dans le cadre des consultations sur la réforme fiscale. (FRED DUFOUR / AFP)