Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Pour François Baroin, la réforme fiscale est "insurmontable"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
RTL
Article rédigé par
France Télévisions

L'ancien ministre UMP du Budget qualifie de "miroir aux alouettes" l'idée d'une fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu.

François Baroin lance un avertissement au Premier ministre, et il parle d'expérience. Alors que Jean-Marc Ayrault s'attaque, lundi 25 novembre, au colossal chantier de la "remise à plat du système fiscal", l'ancien ministre UMP du Budget juge "insurmontable" l'idée d'une fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu. Il qualifie même de "miroir aux alouettes" cette promesse de campagne de François Hollande, ressuscitée par le chef du gouvernement.

Sur RTL, le député-maire de Troyes a expliqué que l'impôt sur le revenu "est progressif, assis sur un foyer fiscal, prend en compte les personnes en charge, est assez peu productif". Alors que "la CSG est proportionnelle, individualisée, perçue au fil de l'eau". Il a estimé par ailleurs que l'Etat, avec son niveau de déficit, ne pourrait se permettre "le luxe d'une année blanche", c'est-à-dire une année sans impôts. Si la gauche mettait en place cette fusion, "on va miter la CSG, sortir des contribuables de la CSG, il va y avoir un transfert terrible des classes moyennes sur le plan fiscal", a-t-il assuré. Et de souligner que 36 millions de foyers fiscaux sont concernés par l'impôt sur le revenu, 18 millions le payent et "500 000 personnes qui font 43%" des recettes.

L'ex-ministre a affirmé avoir lui-même, quand il était à Bercy, exploré une réforme fiscale d'ampleur, comme celle que veut mener Jean-Marc Ayrault. "C'est une idée qui a séduit à peu près dans tous les camps et à toutes les périodes. Comme ministre du Budget, j'avais commandé un rapport fiscal à l'inspection générale des Finances". "J'en avais porté une qui visait la suppression du bouclier et l'ISF et j'avais glissé une question sur la problématique de fusion impôt sur le revenu et CSG", a-t-il dit. "On y a renoncé pour des raisons objectives."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Impôts

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.