Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo NKM prône un impôt à taux unique pour tous et un revenu de base remplaçant la plupart des allocations

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
DLTFTV_MAM_6743958
RTL
Article rédigé par
France Télévisions

La candidate à la primaire à droite Nathalie Kosciusko-Morizet a détaillé son programme fiscal, jeudi sur RTL.

Un impôt à taux unique pour tous et un revenu de base qui remplace la plupart des allocations. La candidate à la primaire à droite Nathalie Kosciusko-Morizet a énuméré, jeudi 6 octobre, sur RTL, ses propositions fiscales, d'inspiration très libérale.

"Je veux ce qu'on appelle une 'flat tax' [impôt avec un taux unique], un revenu de base et le paiement de l'impôt (...) dès le premier euro pour tout le monde", a énuméré la députée de l'Essonne. 

La progressivité "crée de la jalousie"

Elle prône donc un impôt sur le revenu au taux de 20% pour tous. Les plus riches gagneraient fortement à cet impôt non progressif puisqu'ils sont actuellement imposés à 45% au-delà de 150 000 euros de revenus. En revanche, l'ancienne ministre de l'Environnement se prononce pour le maintien de l'impôt sur la fortune, qui "garantit une forme de progressivité malgré tout dans les hauts revenus".

"Moins de la moitié des Français paient un impôt sur le revenu et je pense que c'est un problème, a-t-elle martelé. Ça crée beaucoup de frustration dans la société. Chacun pense que l'autre en profite plus que lui. Ça crée beaucoup de jalousie. Chacun pense qu'il paie plus qu'il ne reçoit, chacun pense en quelque sorte qu'il se fait avoir."

Un revenu de base remplaçant les allocations

Comme d'autres libéraux de droite, Nathalie Kosciusko-Morizet se dit favorable à un revenu de base qui agglomérerait et remplacerait la plupart des allocations (RSA, APL...) "sauf l'allocation de solidarité pour les personnes âgées et l'allocation adulte handicapé". Ce "revenu de base inconditionné" se monterait à 470 euros. En septembre 2016, le RSA (Revenu de solidarité active) s'élevait à 535 euros pour une personne seule. 

"Si vous additionnez tout ça, ça ne change pas fondamentalement les situations des uns et des autres, mais en revanche ça fait un système beaucoup plus lisible et un système dans lequel il n'y a pas d'effet de seuil", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.