Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Baisse des impôts en 2015 : seulement "si la croissance est plus forte que prévu", prévient Sapin

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
RTL
Article rédigé par
France Télévisions

Le ministre du Travail tempère à son tour l'annonce faite mardi par l'Elysée d'une diminution, plus tôt que prévu, des prélèvements.

L'Elysée a lancé mardi l'idée d'une possible baisse des impôts dès 2015 au lieu de 2017. Une annonce tempérée, mercredi, par les ministres du Budget et de l'Economie, Bernard Cazeneuve et Pierre Moscovici, et la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. Jeudi 23 janvier, c'est au tour de Michel Sapin, le ministre du Travail, de mettre les points sur les "i" et de rependre les éléments de langage employés la veille par ses collègues.

"Prenons les choses dans l'ordre : aujourd'hui nous accélérons pour que la croissance soit plus forte, pour que le chômage recule, et à partir de là, on retrouve des marges de manœuvres. Au profit de qui ? De l'économie française, de l'économie de nos entreprises, c'est la baisse des cotisations", a-t-il expliqué sur RTL.

"Si la croissance est plus forte que prévue, si nous allons plus vite que ce que nous prévoyons aujourd'hui, oui les premiers à qui il faudra rendre grâce, car ils ont fait des efforts considérables depuis quatre ans, ce sont l'ensemble des Français, par une baisse des impôts", a poursuivi Michel Sapin. Il a insisté pour "que les choses se fassent dans l'ordre" : "une croissance plus forte, une baisse du chômage et alors d'autres perspectives s'ouvriront".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.