Suppression de la taxe d'habitation : Bruno Le Maire souhaite son maintien pour les résidences secondaires

Le ministre de l'Economie reconnaît que la question n'a pas encore été tranchée par le gouvernement.

Le ministre de l\'Economie Bruno Le Maire lors d\'une rencontre avec des citoyens à Bézéril, dans le Gers, le 17 mai 2018.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une rencontre avec des citoyens à Bézéril, dans le Gers, le 17 mai 2018. (MAXPPP)

Jusqu'où ira la suppression de la taxe d'habitation, promise par Emmanuel Macron d'ici 2021 ? Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé, dimanche 20 mai, qu'il souhaitait son maintien dans le cas des résidences secondaires. La question n'avait pas été explicitement tranchée par le président ni par le gouvernement.

"Nous avons dit que nous supprimerions la taxe d'habitation, nous le ferons, mais (...) sur la résidence principale", a expliqué Bruno Le Maire sur Europe 1 et CNews. Mais il a reconnu qu'aucun arbitrage définitif n'avait été pris par le gouvernement. "Cela ne me paraît pas juste d'expliquer que l'on va la supprimer aussi sur la résidence secondaire", a estimé le ministre de l'Economie.

Une position qu'avait défendue Christophe Castaner, secrétaire d'Etat et patron de La République en marche, dans "L'Emission politique" de France 2, jeudi : un tel maintien "ne me choque pas et a mon soutien", expliquait-il, "à condition que l'on maintienne la suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales de tous les Français".

La promesse ne concernait que 80% des ménages

"Le président ne s’est jamais engagé à supprimer la taxe d’habitation sur les résidences secondaires", déclarait le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans une interview au Parisien fin avril.

Pendant sa campagne, Emmanuel Macron avait promis d'exonérer de taxe d'habitation les 80% de ménages les moins riches. Après son élection, cette promesse a été étendue à la totalité des ménages, de crainte d'une censure du Conseil constitutionnel. Ce qui a alourdi le coût de la mesure.

Le gouvernement assure que la suppression complète de cette taxe interviendra d'ici à 2021, et a promis une concertation pour trouver des pistes de compensation du manque à gagner pour les collectivités locales. La taxe d'habitation représente aujourd'hui 34% des ressources fiscales des communes. Jeudi, Christophe Castaner a expliqué qu'il n'était "pas question" qu'elle soit compensée par une hausse équivalente de la taxe foncière ni par un nouvel impôt.