Suppression de l'"exit tax" : impôt inutile ou cadeau pour les plus riches ?

Le chef de l'État a annoncé vouloir mettre fin à l'"exit tax", un impôt destiné aux exilés fiscaux qu'il considère comme "cosmétique" et qui décourage les entrepreneurs. L'opposition dénonce un cadeau envers les plus riches.

FRANCE 2

Emmanuel Macron s'attaque à un nouveau symbole. Dans un magazine américain, le chef de l'État annonce vouloir supprimer l'"exit tax", un impôt pour les exilés fiscaux. Pour lui, elle envoie un message négatif aux entrepreneurs. Mise en place en 2011 par Nicolas Sarkozy, cette taxe a été créée pour dissuader les Français d'installer leur foyer fiscal à l'étranger, en Belgique par exemple. Ceux qui possèdent 50% des parts d'une entreprise ou plus de 800 000€ d'actions ou d'obligations et qui, partis à l'étranger, les vendent dans les 15 ans sont imposés à 30% sur leurs plus-values.

Un cadeau pour les plus riches ?

À gauche comme à droite, cette suppression est considérée comme un cadeau fait aux riches. Bercy relativise et rappelle que cette taxe rapporte moins de 100 millions d'euros par an à l'État. Plusieurs pays comme l'Espagne, le Portugal ou encore le Danemark ont mis en place, eux aussi, ce type d'impôt.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le gouvernement souhaite supprimer la première tranche de l\'impôt sur le revenu, a annoncé Manuel Valls le 17 septembre 2014.
Le gouvernement souhaite supprimer la première tranche de l'impôt sur le revenu, a annoncé Manuel Valls le 17 septembre 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)