Réformes budgétaires d'Emmanuel Macron : qui sont les gagnants et les perdants ?

Franceinfo calcule, pour cinq profils de Français, l'impact des mesures gouvernementales sur leur porte-monnaie.

Grâce à la calculatrice réalisée par franceinfo.fr, vous pouvez déterminer l\'impact de ces mesures sur votre porte-monnaie.
Grâce à la calculatrice réalisée par franceinfo.fr, vous pouvez déterminer l'impact de ces mesures sur votre porte-monnaie. (MAXPPP)
avatar
Ilan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Qui seront les gagnants et les perdants des réformes budgétaires d'Emmanuel Macron ? Grâce à la calculatrice réalisée par franceinfo.fr, vous pouvez déterminer l'impact de ces mesures sur votre porte-monnaie. Nous avons nous-mêmes créé cinq profils de Français fictifs afin de bien saisir qui seront les personnes les plus privilégiées.

>> Et vous, faites-vous partie des gagnants ou des perdants des réformes de Macron ? Utilisez notre calculette

Rappelons que notre calculette prend en compte l'augmentation (partiellement compensée) de la CSG, la première étape de la suppression de la taxe d'habitation, la réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), la baisse de 5 euros par mois des aides au logement et la revalorisation de certaines allocations et primes. En revanche, elle ne prend pas en compte la mise en place d'un prélèvement forfaitaire unique, ou "flat tax", de 30% sur les revenus du capital.

Une fonctionnaire qui élève seule ses deux enfants

Avec un salaire de 1 400 euros par mois, cette mère de famille qui élève seule ses deux enfants a droit à une prime d'activité de 300 euros par mois. Puisque cette dernière sera revalorisée de 20 euros par mois à partir d'octobre 2018, le gain pour cette fonctionnaire sera de 60 euros sur l'ensemble de cette année 2018.

Les autres mesures du budget 2018 seront sans effet pour elle. L'augmentation de la CSG devrait être compensée "à l'euro près" par des revalorisations salariales, a promis le gouvernement. En raison de son niveau de revenu et de son nombre de parts fiscales, cette femme est déjà exonérée de taxe d'habitation : elle ne bénéficiera donc pas de la réforme visant à supprimer cet impôt local pour 80% des ménages.

   
    (FRANCEINFO)

Un couple de classe moyenne avec un enfant

Avec deux salaires de 2 000 et 2 500 euros par mois, ce couple marié qui a un enfant à charge se situe dans la classe moyenne. Dans leur cas, la hausse de la CSG sera largement compensée par la suppression de leurs cotisations chômage et maladie. A eux deux, ils gagneront au total plus de 600 euros sur l'année directement sur leurs bulletins de salaire.

Relativement élevés, leurs revenus sont à la limite du plafond en dessous duquel ils pourraient bénéficier d'une suppression de la taxe d'habitation, qui leur coûte 1 000 euros par an. Ils ne bénéficieront donc que partiellement de ce dispositif, ce qui leur octroiera une réduction de 150 euros en 2018, au lieu de 300 euros s'ils avaient des revenus moins élevés.

   
    (FRANCEINFO)

Une retraitée avec une pension de 1 500 euros

Cette retraitée va être touchée de plein fouet par la hausse de 1,7 point de la CSG. Contrairement aux salariés, qui bénéficient d'un allègement de cotisations sociales, les retraités ne bénéficieront d'aucune contrepartie. Dans le cas de cette retraitée, la facture s'élèvera à 340 euros sur l'année.

Avec sa pension de retraite de 1 500 euros par mois, cette retraitée qui vit seule va pouvoir bénéficier de la suppression de la taxe d'habitation, qui s'élève chaque année à 750 euros. En 2018, première étape de cette suppression, elle bénéficiera donc d'une exonération de 30% du montant de cette taxe, soit 225 euros.

   
    (FRANCEINFO)

Un chef d'entreprise avec un important capital

Avec son salaire de 15 000 euros par mois, ce chef d'entreprise dont l'épouse ne travaille pas va gagner 350 euros sur l'année grâce à la suppression des cotisations sociales.

Mais c'est surtout la réforme de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), et sa transformation en impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui va avantager ce contribuable. En effet, ce propriétaire ne sera plus imposé que sur la partie immobilière de son patrimoine (une maison d'une valeur de 1,5 million d'euros) et pas sur la partie mobilière (diverses actions et participations dans des entreprises, à hauteur de 500 000 euros). Résultat : alors qu'il payait 7 400 euros d'ISF, il ne paiera plus que 3 900 euros d'IFI, soit une ristourne de près de 50%.

   
    (FRANCEINFO)

Un demandeur d'emploi à faibles revenus

Les réformes de l'exécutif ne vont pas spécialement aider ce demandeur d'emploi. Certes, il ne sera pas pénalisé par la hausse de la CSG, mais étant déjà exonéré de taxe d'habitation, il ne bénéficiera pas de sa suppression. Allocataire d'une aide au logement en raison de ses faibles revenus, il devra endurer la baisse de 5 euros par mois (soit 60 euros par an) décrétée par le gouvernement.

   
    (FRANCEINFO)