Prélèvement à la source : une "usine à gaz coûteuse"

L'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Étienne Lefebvre débattent dans le Soir 3 mardi 4 septembre de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu en 2019.

France 3

Le prélèvement à la source est "une usine à gaz coûteuse pour les chefs d'entreprises. Ça va permettre à l'État de faire une économie d'un milliard sur les APL puisqu'elles étaient calculées sur les revenus antérieurs. Ça crée de l'insécurité pour les ménages à l'heure où leur pouvoir d'achat a baissé au premier semestre 2018", estime Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés.

"On va complexifier les choses"

Étienne Lefebvre, rédacteur en chef aux Échos, se dit "surpris par l'ampleur prise par la polémique. On est sur une réforme technique. On ne change pas le calcul de l'impôt. On change le mode de perception. À partir du moment où techniquement ça marche, pourquoi ne pas y aller".

Christophe Ramaux, professeur à la Sorbonne, insiste : "On va complexifier les choses puisqu'il y aura le prélèvement à la source, mais on va continuer à faire une déclaration annuelle avec rectification si besoin à l'automne". "La priorité de Bercy aurait dû être de mobiliser les agents pour la lutte contre la fraude fiscale", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les salariés d\'une entreprise néo-zélandaise sont payés cinq jours, alors qu\'ils ne travaillent que quatre jours dans la semaine.
Les salariés d'une entreprise néo-zélandaise sont payés cinq jours, alors qu'ils ne travaillent que quatre jours dans la semaine. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)