"Les élus locaux en ont marre d'être la variable d'ajustement d'une politique dont ils ne sont pas responsables"

Pierre Bédier, président du Conseil départemental des Yvelines, est l'invité du "Soir 3" mercredi 11 juillet.

Voir la vidéo
France 3

Le boycottage de la Conférence des territoires est la seule méthode pour se faire entendre par le gouvernement "parce que lorsqu'on dialogue lors de cette Conférence on ne se comprend pas, en tout cas, on a le sentiment qu'on ne nous écoute pas", estime Pierre Bédier dans le "Soir 3" mercredi 11 juillet.

"Au début, on était plutôt optimiste après les baisses très fortes des dotations des années Hollande. Mais on nous a proposé un contrat déjà rédigé qu'il y avait juste à signer", affirme celui qui a refusé de le signer en tant que président du Conseil départemental des Yvelines.

"Négociation unilatérale insupportable"

Et d'expliquer : "L'essentiel des dépenses des départements est des dépenses sociales exercées pour l'État. Il ne nous les rembourse pas en totalité et il lui arrive aussi de ne pas maîtriser la croissance de ces dépenses. On voulait juste que ce qui ne dépend pas de nous ne soit pas pris en compte dans ce contrat".

228 collectivités locales sur 322 ont signé ce contrat avec l'État. "Une majorité de départements et de régions n'ont pas signé. On avait plutôt envie de faire confiance, mais si on ne respecte pas ce contrat, dont les termes et le déroulement sont fixés par l'Etat, on est fortement pénalisé", assure Pierre Bédier. "Cette négociation qui n'en est pas une est insupportable. Les élus locaux en ont marre d'être la variable d'ajustement d'une politique dont ils ne sont pas responsables. L'État est mal géré. Ce n'est pas la faute des élus locaux".

Le JT
Les autres sujets du JT
Pierre Bédier
Pierre Bédier (France 3)