Impôts : la note qui sème le trouble

Dimanche 2 septembre, une note confidentielle du fisc parue dans la presse révèle de nombreuses erreurs lors de la phase de tests du prélèvement à la source.

France 3

La phase de tests pour le prélèvement à la source est inquiétante. Testé depuis an, selon le journal Le Parisien, le dispositif a alterné le bon et le très mauvais. En février 2018 par exemple, le test enregistre un nombre record d'erreurs : plus de 350 000. Chacune d'entre elles pourrait d'ailleurs impacter plusieurs milliers de contribuables. Des anomalies de deux natures principalement. Par exemple, un contribuable prélevé à plusieurs reprises de son impôt, jusqu'à quatre fois dans le mois. Ou encore, deux contribuables homonymes avec seulement l'un d'entre eux, prélevés des deux impôts.

"Le dispositif technique fonctionne"

Pour le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, révéler ces erreurs était l'objectif de la phase de tests. Des problèmes résolus aujourd'hui selon lui. "Les erreurs identifiées concernent moins de 1% des contribuables, elles ont été depuis résolues. Le dispositif technique fonctionne, il est prêt", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

D'ailleurs, dimanche 2 septembre, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a soutenu une nouvelle fois la réforme sur le plateau de BFM TV : "Le prélèvement à la source est une bonne mesure, ça va simplifier la vie des Français. Je rappelle que pour ceux qui sont mensualisés, ça étalera désormais sur douze mois leur prélèvement alors que la mensualisation, c'est sur dix mois. Donc c'est aussi un avantage de trésorerie pour les contribuables, si et seulement si toutes les garanties techniques sont apportées." Des garanties que Gérald Darmanin s'est engagé à apporter à Emmanuel Macron mardi 4 septembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Les erreurs identifiées concernent moins de 1% des contribuables\" a assuré sur Twitter le ministre de l\'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin.
"Les erreurs identifiées concernent moins de 1% des contribuables" a assuré sur Twitter le ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin. (PATRICK GUYOT / MAXPPP)