Impôt sur le revenu : alors que s'ouvre la campagne de déclaration 2021, voici ce qui change cette année

Après une année 2020 exceptionnelle, marquée par l'épidémie de Covid-19, certaines mesures prises par le gouvernement durant la gestion de la crise sanitaire auront un impact sur cette déclaration 2021.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avis d'imposition de la direction générale des finances publiques en ligne sur le site internet Impot.gouv.fr, sur une tablette, à Mulhouse (Haut-Rhin), mardi 6 avril 2021.  (MAXPPP)

Les ménages français peuvent commencer à effectuer leur déclaration de revenus. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et celui des Comptes publics, Olivier Dussopt, ont officiellement lancé cette campagne 2021, jeudi 8 avril. Cette année encore, elle s'effectue obligatoirement en ligne pour la plupart des ménages, seuls ceux qui ne peuvent pas faire de déclaration en ligne remplissant une déclaration papier. Pour ceux qui déclarent leurs revenus en ligne, la date limite s'échelonne du 26 mai au 8 juin, en fonction du département de résidence, contre le 20 mai pour la version papier. 

Pour la deuxième année, environ 12 millions de foyers fiscaux dont la situation ne nécessite pas de rectification n'auront pas besoin de déclarer leurs revenus, leur déclaration étant générée de manière automatique par l'administration. Ils n'auront pas à la renvoyer s'ils n'ont pas de changements à effectuer. 

Cependant, les mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire et économique entraînent cette année quelques nouveautés.

Des exonérations exceptionnelles

Cette année, les frais professionnels engagés au titre du télétravail sont exonérés dans une limite de 550 euros annuels.

Par ailleurs, la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, dite prime Macron, versée par les entreprises à certains salariés en 2020, est exonérée d'impôt sur le revenu, à hauteur de 1 000 euros.

Il en va de même pour la prime Covid, versée par certaines administrations, notamment les établissements publics de santé, ainsi que par les établissements privés de santé ou du secteur social (à hauteur de 1 500 euros).

Enfin, les revenus issus des heures supplémentaires effectuées durant la période de l'état d'urgence sanitaire allant du 16 mars au 10 juillet 2020, sont également exonérés jusqu'à 7 500 euros.

Une plus forte réduction d'impôts pour les dons aux associations

Par ailleurs, le gouvernement a aussi relevé la réduction d'impôt octroyée en cas de dons à une association d'aide aux plus démunis. Elle passe à 75% du montant du don, avec un plafond à 1 000 euros.

Néanmoins, pour en bénéficier, il faut avoir fait un don à une association déclarée d'intérêt général ou à une association reconnue d'utilité publique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.