"Je ne suis pas une délinquante" : Nicole, 70 ans, poursuivie pour avoir "fauché des chaises" à la banque BNP Paribas

Une militante altermondialiste comparaît mardi devant le tribunal de Carpentras (Vaucluse) pour une opération coup de poing dénonçant l'évasion fiscale.

(PHILIPPE LAVIEILLE / MAXPPP)

Un nouveau procès se tient mardi 6 février devant le tribunal correctionnel de Carpentras, dans le Vaucluse, contre le "fauchage de chaises". Cette pratique consiste à voler des chaises dans une entreprise soupçonnée d'évasion fiscale.

Nicole Briend, 70 ans, militante de l'organisation Attac, est poursuivie par le parquet pour "vol en réunion" et "refus de donner ses empreintes ADN". Elle risque 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende même si la banque BNP Paribas, à l'origine du dépôt de plainte, a renoncé à se porter partie civile.

Accusation "disproportionnée"

Le 17 mars 2016, Nicole Briend a "fauché" trois chaises à l'agence BNP de Carpentras pour dénoncer l'évasion fiscale pratiquée par la banque. À la veille de son procès, l'ancienne proviseure de lycée ne regrette rien de son action, mais elle estime que l'accusation "vol en réunion" est disproportionnée. "Bien sûr qu'on a fait quelque chose qui ne doit pas se faire, mais on n'a pas 'volé en réunion'", assure la militante.

On a posé un acte symbolique de désobéissance civile, face à une banque qui détourne de l'argent par évasion fiscale pour elle-même ou pour ses clients. Nicole Briend, militante d'Attacà franceinfo

"Je ne suis pas une délinquante, poursuit Nicole Biend. On peut comprendre et reconnaître qu'on n'est pas dans le cas de figure habituel de gangsters qui déboulent dans une banque pour faucher des sous", poursuit-elle. 

Rendre les chaises au Trésor public

Il y a 15 jours, symboliquement, les militants d'Attac ont rendu les trois chaises de la BNP Paribas... au Trésor public de Carpentras. "Depuis le début, on a dit [à la banque] que c'était un emprunt et qu'on lui ramènerait quand elle aurait fermé ses filiales dans les paradis fiscaux", raconte Raphaël Pradeau, le porte-parole de l'organisation. 

Malheureusement, la banque est toujours la banque la plus implantée dans les paradis fiscaux. Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attacà franceinfo

En 2016, Jon Palais, un faucheur de chaises, avait été relaxé à Dax, dans les Landes. Mais l'an dernier, Florent Compain, le président des Amis de la Terre-France, a été condamné à 500 euros d'amende par le tribunal de Bar-le-Duc, dans la Meuse.