Cet article date de plus de trois ans.

Bail mobilité, logements accessibles aux handicapés... Julien Denormandie se défend

Publié
Durée de la vidéo : 7 min.
Bail mobilité, logements accessibles aux handicapés... Julien Denormandie se défend
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie est l'invité des "4 Vérités" de France 2 mercredi 6 juin.

Nombre d'associations d'handicapés s'insurgent, car le gouvernement défend un texte qui fait reculer de 100 à 10% la part de logements accessibles aux handicapés dans un immeuble neuf. "On va faire 100% de logements évolutifs. Si vous avez un accident de la vie qui provoque une mobilité réduite, vous pourrez très facilement déplacer des cloisons", assure Julien Denormandie dans "Les 4 Vérités" mercredi 6 juin.

"Mon seul objectif est de faire en sorte que le logement accompagne ses occupants tout au long de la vie selon les besoins", insiste le secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires. "Ce n'est pas du tout quelque chose qui permet de faire diminuer le coût de construction des logements".

Développer la mobilité dans le parc HLM

Le projet de loi sur le logement, en examen à l'Assemblée nationale, instaure aussi un bail mobilité d’un à dix mois pour les meublés sans dépôt de garantie. La gauche y voit un bail précarité. "Ce bail non reconductible ne vise que les étudiants, les personnes en formation, les saisonniers. Ce bail protège les locataires et les propriétaires", rassure-t-il.

La situation des locataires vivant dans une HLM sera réexaminée tous les trois ans en zone tendue. "Beaucoup de Français attendent un logement social et beaucoup d'autres vivent dans un logement social qui n'est plus inadapté à leur situation. Tous les trois ans, les bailleurs sociaux proposeront un logement plus adapté", explique Julien Denormandie. Les locataires ne seront pas obligés d'accepter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme du logement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.