Prêt immobilier : "Il est encore temps" d'emprunter avant l'augmentation des taux "à 2% en fin d'année", assure la directrice des études chez Vousfinancer

Alors que la Banque centrale européenne augmente ses taux d'intérêt, Sandrine Allonier, directrice des études chez Vousfinancer, assure qu'il est encore temps de se lancer dans un projet immobilier, à condition de ne pas traîner.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Immobilier : des changements pour l'assurance emprunteur (JEAN-LUC FL?MAL / MAXPPP)

"Il est encore temps" d'emprunter avant l'augmentation des taux "à 2% en fin d'année", a expliqué vendredi 13 mai sur franceinfo Sandrine Allonier, directrice des études chez Vousfinancer, alors que la BCE augmente les taux d'intérêt. Cette hausse a des conséquences sur les prêts immobiliers.

franceinfo : Est-ce encore le moment pour se lancer dans un projet immobilier ?

Sandrine Allonier : Oui, il est encore temps parce que même si les taux de crédit ont augmenté d'un demi-point depuis le début de l'année, ils restent attractifs. En ce moment, on peut emprunter à 1,5% sur 20 ans. On était à 1% en janvier mais on pourrait atteindre les 2% à la fin de l'année avec l'évolution de la Banque centrale européenne. Donc, oui à 1,5% cela reste des taux historiquement bas.

Il ne faut donc pas tarder ?

Oui parce qu'avec l'augmentation de l'inflation, l'évolution de la politique de la Banque centrale européenne, l'augmentation des taux d'emprunt d'Etat, les banques n'ont pas d'autres choix que d'augmenter leurs taux de crédit si elles veulent conserver des marges convenables et continuer à prêter. Depuis le début de l'année, les Français ont perdu 10 000 euros de capacité d'emprunt. Si vous pouvez rembourser 1 000 euros par mois de mensualité, vous pouviez emprunter 217 000 euros en début d'année, aujourd'hui ce n'est plus que 207 000 euros, donc il faut parfois revoir son projet immobilier à la baisse.

Qu'en est-il des taux immobiliers ?

On avait depuis deux, trois ans des taux historiquement bas, mais depuis le début de l'année avec la situation en Ukraine, l'envolée des taux d'emprunt d'Etat, l'inflation, les banques anticipent que l'argent qu'elles vont prêter va leur coûter plus cher. C'est pour ça qu'elles n'ont pas d'autres choix que de remonter leurs taux. Mais il y a énormément de liquidité, d'épargne, dans l'économie et les banques veulent et doivent prêter aussi pour capter de nouveaux clients. C'est pour ça qu'elles font tout pour limiter la hausse des taux mais la politique de la Banque centrale européenne risque d'avoir un impact supplémentaire sur les taux de crédit.

Les banques vont-elles être moins souples en termes de délais ?

Elles sont déjà plus attentives à la situation de l'emprunteur. Quand on emprunte sur 20 ans la banque s'assure que vous êtes capable de rembourser sur cette durée-là. Elles sont plus attentives à l'éloignement entre le domicile et le lieu de travail à cause de la hausse du coût de l'essence. Elles sont également plus attentives pour ceux qui achètent des biens avec des travaux puisque les prix des matériaux ont augmenté de 18% depuis le début de l'année. Donc aujourd'hui elles vont regarder le projet immobilier dans son ensemble, mais c'est aussi pour protéger les emprunteurs.

Est-ce que jouer sur la durée du prêt peut permettre de réduire son coût ?

Tout à fait. On peut aller jusqu'à 25 ans de durée de prêt maximum, mais on a vu que ces derniers mois la durée du prêt avait déjà été rallongée. Avec un taux qui a augmenté d'un demi-point depuis le début d'année, emprunter 200 000 euros coûte 50 euros de plus par mois. En fin d'année, on pourrait atteindre les 70 à 80 euros par mois. Donc pour absorber cette hausse on peut allonger la durée du prêt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix de l'immobilier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.