Cet article date de plus de huit ans.

Le décret d'encadrement des loyers est inefficace à Paris

Selon une étude de l'Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne, les loyers ont augmenté de 6% dans la capitale. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Boulevard Voltaire, à Paris, le 25 mars 2013. (LESLIE WEST / PHOTONONSTOP / AFP )

Depuis le décret du 1er août 2012, les loyers sont censés être bloqués lorsqu'un bien immobilier est reloué après le départ d'un locataire. Mais, selon une étude de l'Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne publiée le 16 mai et reprise par Libération, la hausse à la relocation a été en moyenne de 6 % à Paris et de 5 % dans son agglomération.

"Ces chiffres montrent que ce décret a peu d’effet, parce qu’il comporte des failles permettant aux bailleurs d’échapper au blocage", explique à Libération Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement. D'une part car le décret n'a pris effet qu'en août 2012 donc que les loyers ont pu fortement augmenter entre janvier et juillet de la même année. Ensuite, car aucune contrôle n'est pour l'instant réalisé. Enfin, parce que des petits travaux d'amélioration ou une comparaison aux loyers des biens voisins peut permettre au propriétaire de contourner la loi et justifier une hausse. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prix de l'immobilier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.