Besançon, ville la plus attractive de France : "C'est un travail de longue haleine", estime le maire

Besançon est la ville la plus attractive de France, selon le baromètre Meilleurtaux.com-Jobijoba. Son maire réagit sur franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, le 24 septembre 2014. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

"Tout cela, c'est un travail de longue haleine", a réagi Jean-Louis Fousseret, le maire LREM de Besançon, lundi 4 novembre sur franceinfo, après la publication du baromètre Meilleurtaux.com-Jobijoba des villes les plus attractives de France. Besançon arrive en tête de ce classement établi à partir d'une série de données, comme les salaires, le prix de l'immobilier ou encore les offres d'emploi. "Nous avons tout d'une très grande ville, sans avoir peut-être tous les inconvénients", a estimé Jean-Louis Fousseret.

franceinfo : Besançon arrive donc en tête de ce baromètre, devant Orléans et Saint-Etienne, alors que Paris et Marseille sont en bas du classement. Cela vous surprend-il ?

Jean-Louis Fousseret : Cela ne me surprend pas vraiment. Depuis 2001, nous faisons tout pour faire en sorte que notre ville soit une ville attractive. Et je me réjouis de ce classement qui nous place sous le feu des projecteurs nationaux. Besançon, c'est surtout une ville à taille humaine, dans laquelle on vit bien. Il y a une belle université, il y a une mobilité facilitée par un tram, on construit des logements à des prix abordables. Il y a une vie sportive, culturelle, intellectuelle. Nous avons tout d'une très grande ville sans avoir peut-être tous les inconvénients.

Est-il facile, pour autant, d'attirer des nouveaux habitants à Besançon ?

Non, ce n'est pas simple. On cherche effectivement ici des gens compétents pour travailler dans beaucoup de domaines, et c'est compliqué. Le résultat, toutefois, c'est que nous avons un taux de chômage largement inférieur au taux national : 7,2% à Besançon au dernier trimestre 2018, contre 8,5% en août 2018. Tout cela, c'est un travail de longue haleine pour accueillir des laboratoires, des startups, des industries, notamment dans le domaine du numérique. Et je suis très heureux de ce résultat.

N'y a-t-il pas un risque de voir les loyers s'envoler en attirant trop de monde ?

Non, au contraire, je pense qu'une ville qui ne construirait plus serait une ville qui mourrait. Ce qu'il faut, c'est continuer à construire des logements au bon endroit, au bon prix. On doit lutter contre le renchérissement des loyers. On doit lutter aussi contre l'étalement urbain, en reconstruisant la ville sur la ville. Nous avons par ailleurs des grands projets de développement dans d'autres quartiers de Besançon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.