Cet article date de plus de neuf ans.

Logements neufs : forte chute des ventes et de la construction

Les ventes ont plongé de près de 14%, selon les chiffres du ministère du Logement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un nouvel immeuble d'habitation en construction à Toulouse (Haute-Garonne), le 20 août 2012. (PASCAL PAVANI / AFP)

IMMOBILIER - Mises en chantier en baisse de 12% et ventes de logements neufs en chute de 13,9% au deuxième trimestre (13,1% sur le semestre) : les chiffres du ministère du Logement annoncés mardi 28 août ne sont pas bons, et la France s'enfonce dans la crise. A cela s'ajoute une baisse de 2,5% des permis de construire entre mai et juillet 2012.

Les mises en chantier loin des objectifs gouvernementaux

Du coup, les experts redoutent que le nombre des mises en chantier ne tombe près des 300 000 en 2012, loin de l'objectif de 500 000 par an fixé par le nouveau gouvernement. "Tous les ressorts sont cassés. Après la promotion privée, c'est la construction de logements locatifs sociaux qui souffre, car les agréments donnés par l'Etat dans ce secteur sont en repli par rapport à l'an dernier", constate Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest. Selon lui, sur l'ensemble de l'année 2012, le total "devrait être de 315 000, voire 310 000", soit une chute de 17% à 18% par rapport à 2011.

D'après l'universitaire, les raisons sont multiples : renonciations de ménages qui ont des difficultés à obtenir des prêts à taux zéro (PTZ), abandons de programmes par les promoteurs en raison d'un taux de commercialisation insuffisant et recours de riverains de plus en plus fréquents contre les permis de construire.

Les ventes au plus bas

Quant aux ventes de logements neufs, elles traversent "une période de basses eaux", constate François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). Pendant plusieurs années, les promoteurs ont bénéficié de la loi Scellier pour les investisseurs achetant des logements neufs en vue de les louer. Offrant des avantages fiscaux, ce dispositif avait permis de dynamiser le secteur de l'investissement locatif, mais il s'achève en décembre.

Sur l'ensemble de 2012, les promoteurs ne devraient vendre que 75 000 logements. Soit une baisse d'un quart par rapport à l'an dernier, très loin des années records 2006 (126 300) et 2007 (127 300). Cela ramènerait le niveau des ventes à celui de la crise du début des années 2000 ou à celui de 2008, année affectée par l'épisode des subprimes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Immobilier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.