Cet article date de plus de trois ans.

Les quotas de logements sociaux seront pérennisés au-delà de 2025

La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), qui impose aux communes un taux de 20% ou 25% de logements sociaux, sera prolongée, a annoncé la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le quartier Empalot, situé au nord de Toulouse (Haute-Garonne), où des logements sociaux ont été construits sur le modèle "Grand Ensemble" des années 1960, en juin 2020. (ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS)

La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU), qui impose aux communes un taux de 20% ou 25% de logements sociaux, sera pérennisée au-delà de 2025, sa date buttoir, a annoncé la ministre du Logement Emmanuelle Wargon dans un entretien au Journal du dimanche (article payant) publié samedi 13 mars.

"L'obligation d'avoir 25% de logements sociaux ne s'arrêtera pas en 2025, elle deviendra permanente", détaille-t-elle. Cette mesure sera inscrite dans le projet de loi sur la décentralisation, qui sera présenté en mai en Conseil des ministres.

"Certaines communes se disaient qu'il suffirait d'attendre quelques années pour diminuer l'ambition... Désormais, elles ne pourront plus jouer la montre, elles devront poursuivre leurs efforts jusqu'à atteindre l'objectif."

Emmanuelle Wargon, ministre du Logement

dans "Le Journal du dimanche"

Depuis 2000, la loi SRU impose aux communes de plus de 3 500 habitants (1 500 en Ile-de-France) de disposer d'ici à 2025 de 20% de logements sociaux. Un taux relevé à 25% en 2014, sauf pour des communes qui justifient d'une situation locale particulière.

A l'avenir, "il sera possible de moduler légèrement, à la hausse ou à la baisse, le rythme de constructions", ajoute Emmanuelle Wargon, mais en cas de non respect des engagements "les sanctions seront plus automatiques et plus dissuasives" avec "des sanctions-planchers" qui seront "rehaussées en cas de récidive".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.