La fédération des promoteurs immobiliers d’Ile-de-France porte plainte contre un homme qui a bloqué ou retardé la construction de plus de 1500 logements

La fédération a saisi le procureur de la République de Nanterre d'une plainte pour escroquerie et tentative d'escroquerie.

Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (JEAN-LUC FLEMAL / MAXPPP)

La fédération des promoteurs immobiliers d'Ile-de-France a annoncé, dans un communiqué adressé à franceinfo lundi 16 décembre, avoir porté plainte pour escroquerie contre un homme qui est parvenu, via sa société, à bloquer ou retarder la construction de plus 1 500 logements dans le département des Hauts-de-Seine.

Plus de 20 recours, 1 500 logements impactés

Selon la fédération des promoteurs d'Ile-de-France, Vassili Pernet, un habitant des Hauts-de-Seine, ainsi que sa société VP invest, "est à l'origine de plus de 20 recours gracieux et contentieux à l'encontre de différents programmes immobiliers" en 2018 et 2019 dans le département. Ces recours concernent surtout les villes de Colombes, Asnières-sur-Seine, Courbevoie et Boulogne-Billancourt. En conséquence, la construction de plus de 1 500 logements a été, ou est encore ralentie ou bloquée.

Extorsion de fonds ?

Cette procédure s'apparenterait à de l'extorsion de fonds puisque Vassili Perinet acceptait de retirer son recours en échange d'une somme d'argent. "Ces multiples et quasi systématiques recours contre nos permis de construire n’ont vraisemblablement qu’un seul but : faire signer aux promoteurs des protocoles transactionnels", explique Pierre Bibet, délégué général de la FPI d'Ile-de-France.

L'ennemi des promoteurs, c'est le temps.Pierre Bibet, FPI

"De tels recours parasitent le déroulement normal des opérations alors que les promoteurs sont engagés à construire dans des délais stricts", détaille Pierre Bibet. "Certains promoteurs sont donc contraints de conclure des protocoles dans lesquels ils versent des sommes d’argent en contrepartie de l’arrêt des recours", ajoute-t-il.

Les recours de Vassili Perinet et de sa société ont donc bloqué l'équivalent de près de 5% de la production annuelle de logements réalisée par les promoteurs franciliens, estime la fédération.